Critiques de films Films français Les news

Epouse-moi mon pote, la cage aux folles beauf de 2018…

Épouse-moi mon pote rentre dans la catégorie des films dont on ne sait toujours pas même plusieurs jours après pourquoi on l’a vu…Mystère…

Épouse-moi mon pote est-il un film beauf, bêtement homophobe et juste mauvais ? J’ai envie de dire oui dans les trois cas. Mais, la vérité est qu’au-delà de toutes ses tares, Tarek Boudali réussit l’exploit de faire du non-cinéma absolu. On n’aime ou pas Philippe Lacheau et ses films, il essaye ou copie proprement des trucs, le tout dans l’idée de faire quelque chose de propre. Epouse-moi mon pote ne s’embarrasse jamais véritablement de cette problématique. Nous ne sommes pas ici au cinéma, au mieux dans un téléfilm ultra-banale. Alors oui, dans le domaine de la comédie FR, il n’est pas le premier… et ne sera pas le dernier. Mais dans le cas présent, on ne peut que se taper la tête contre les murs devant la fainéantise de l’ensemble. De quoi parle Épouse-moi mon pote ? Bien que le titre soit sans équivoques… Yassine, jeune étudiant marocain vient à Paris faire ses études d’architecture avec un visa étudiant. Suite à un événement malencontreux, il rate son examen, perd son visa et se retrouve en France en situation irrégulière. Pour y remédier, il se marie avec son meilleur ami. Alors qu’il pense que tout est réglé, un inspecteur tenace se met sur leur dos pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un mariage blanc…

épouse moi mon pote tarek boudali
Tarek Boudali tente de jouer sur plusieurs fronts avec ce film, la comédie Fr jeune, la comédie romantique et le film avec un vague propos social et d’acceptations. Spoiler alert, il se plante littéralement dans les trois domaines. La faute est multiple et se divise autour d’un scénario paresseux en diable, d’une écriture assez faible, d’un casting de copinages qui ne marche jamais à 100 % et surtout de la non-réalisation d’ensemble qui finit de faire sombrer le navire. Cas d’école typique de ces comédies récentes qui ressemblent à des patchworks maladroits œuvre de producteurs certains de faire la culbute assez rapidement. Là encore, c’est monnaie courante un peu partout, mais encore faut-il que la chose soit faite avec un peu d’envie ou dans le cas présent d’amour du cinéma. Épouse-moi mon pote est un OFNI, un objet filmique non identifiable. Tarek Boudali la plupart du temps plante sa caméra et attend le miracle. Mauvais réalisateur et directeur d’acteurs hasardeux, le résultat est tout sauf incroyable. Le casting fait ce qu’il peut, mais dès que chacun des acteurs ouvre la bouche c’est pour soudain sembler réaliser l’énormité qu’ils viennent de dire. Et dans le domaine, le film ne fait pas dans la demi-mesure. Vous-voulez de la blague lourde et pas drôle ? C’est le minimum syndical et le casting vous l’offrira. Vous-êtes venue pour de la beaufitude et un soupçon d’homophobie et de clichés navrant datant d’un autre âge ? Pas de problèmes, Épouse-moi mon pote va vous le servir en infusion. L’homosexualité dans une comédie peut être un sujet comme un autre, encore faut-il qu’il y est un vrai talent d’écriture derrière. Se reposant sur des clichés, le film gratte dans le sens du poil des lieux communs un peu puant habitant l’esprit du plus grand nombre depuis trop d’années. Qu’est-ce que l’on a fait au bon Dieu ou d’autres… ont capitalisé là-dessus pour aller vers le succès. Tarek Boudali joue la carte de la sécurité et fait pareil.

épouse moi mon pote tarek boudali
C’est ce qui au final rend l’ensemble encore plus pénible qu’autre chose. Je n’ai rien contre la nouvelle génération de comiques. Pour être honnête dans les films de Philippe Lacheau, Tarek Boudali m’amuse, idem dans sa série sur M6. Mais ici, il n’y a juste rien. Ou alors peut-être suis-je tout simplement devenu un vieux con aigri, incapable de m’adapter à l’évolution de la comédie française… c’est une possibilité. Mais dans le fond, je sais qu’elle est fausse. Perdu dans la masse des productions avec 100 fois plus de talents pour l’écriture et la réalisation, le fait de voir ce genre d’incident de parcours surfer sur la vague du succès est déprimant. Il existe tellement d’autres jeunes réalisateurs qui avec la moitié du budget du film auraient su réaliser quelque chose de beau. Un vrai film tout simplement et surtout une comédie percutante sur le sujet de l’homosexualité. Malheureusement cette liste n’a jamais dû parvenir jusque sur le bureau du producteur d Épouse-moi mon pote. Conscient du pétard mouillé potentiel on ne peut qu’admirer la force de caractère l’ayant amené à maintenir en vie ce gros bébé informe ou infame, cela dépend et ce jusqu’à la fin de la gestation. Alors à la question est-ce que j’ai envie de voir un second film de Tarek Boudali ? La vérité est que je préfère encore aller voir ceux de son compère Philippe Lacheau qui même s’ils ne sont pas incroyables niveau mise en scène, le surpasse quand même. C’est la tristesse de la chose quand on comprend que pourtant la hauteur de la barrière à franchir n’était pas follement haute. Next.

Pour me suivre ou me contacter...

No Comments

Leave a Reply