Critiques de films Films américains

Divergente 3 : au-delà du mur…y’a rien à voir.

divergente-3-au-dela-du-mur

Sous le choc, Tris et Quatre doivent fuir et franchir le mur encerclant Chicago. Pour la première fois, ils quittent la seule ville et famille qu’ils aient connues. Mais au delà du mur se trouve un monde hostile qu’ils vont devoir affronter. Tris et Quatre doivent rapidement déterminer en qui ils peuvent avoir confiance alors qu’une bataille menaçant l’humanité toute entière est sur le point d’éclater…

La saga Divergente est l’une des rares séries qui réalise l’exploit d’être mauvaise depuis le 1er film et de s’aggraver au 2e volet pour littéralement exploser en vol dans son 3e opus. Et je ne dis pas exploser dans un sens vaguement surprenant. Le 3e volet est clairement le plus mauvais des 3, rendant au final cette saga étrangement fascinante. Pourquoi ? Car elle marque une série de succès au cinéma reposant sur un vide assez incroyable. Oui, dans le domaine des films Young Adult, rare sont les bonnes surprises dernièrement, mais je pense que même en étant plus ou moins tolérant, il est difficile de trouver quoi que ce soit à sauver de ce film. La saga Hunger games souffrait un peu aussi de ce sentiment d’essoufflement sur la fin, mais les personnages a minima intéressante et le bon casting sauvait les meubles. Un atout que malheureusement, Divergente 3 ne peut pas revendiquer. Pour la simple et bonne raison que le film n’a rien à offrir. Aussi bien au niveau du scénario que de la réalisation. On nage en eau trouble, incapable de comprendre ce qui a dû se passer en coulisses pour que le film devienne ce qu’il est aujourd’hui.

Divergente a toujours à son corps défendant voulu avoir un brin d’ambition. Le défaut est que souvent pour des budgets équivalents la saga Maze Runner par exemple s’est révélée beaucoup plus fun à défaut d’avoir un scénario plus profond. Et là malheureusement en reprenant l’action à la suite des deux autres films pour expliquer les fondations de la saga, le film s’enfonce dans un océan de n’importe quoi. Rien ne tient, les acteurs donnent presque un sentiment d’abandon complet, perdu au milieu d’un script dont les incohérences sont légion. Plombant ainsi toutes intentions pour le spectateur de s’immerger même vaguement dans ce nouveau film de la saga Divergente. Et d’un coup ce qui était déjà beaucoup trop visible dans les deux premiers films, mais que l’on occultait pour je ne sais quel raisin nous explose au visage. Divergente a toujours eu les yeux plus gros que le ventre, développant un univers rempli de personnages n’ayant pas la force de le soutenir. La mythologie de la saga s’avérant malheureusement faible. Un mal qui s’abat sur bon nombre de films Young Adult tout comme les romans dont ils s’inspirent. Le fait est que certains studios savent palier à ce « détail » en amenant sur les adaptations des réalisateurs avec une vision ou à défaut une patte personnelle permettant de faire passer la pillule. Autant être honnête, ce n’est pas le cas ici, la réalisation assez transparente de Divergente 3 finit d’enfoncer le dernier clou dans le cercueil de la saga.

En arrivant à la fin de ce nouveau volet et en se disant qu’il reste encore un film en 2017, on en vient presque a avoir une certaine peine pour la saga Divergente. On la regarde au final pour ce qu’elle est une sorte de chose bizarre à l’agonie que des producteurs et un public a la curiosité morbide continuent de faire vivre dans l’espoir de la presser de ces derniers zestes de vies. Divergente 3 n’offre rien d’autres que du vent et de l’émotion photocopiée que l’on aura déjà vu 100 fois dans d’autres films. C’est aussi paresseux que pénible sur le fond et la forme. Et si la seule question vous restant en tête est de savoir si vous pouvez zapper ce film, la réponse est un grand oui, il y a tellement mieux que Divergente en salles…

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply