Critiques de films Films asiatiques Les news

Détective Dee : La légende des Rois Célestes de Tsui Hark- Critique

Follow me

Détective Dee : La légende des Rois Célestes de Tsui Hark, c’est le pari un peu fou qui s’offre aux spectateurs FR cette semaine.

Détective Dee : La légende des Rois Célestes de Tsui Hark est une aventure pas comme les autres, le genre de celle où l’on s’engage sans vraiment savoir ce qui nous attend. Et quand on découvre l’étendue de la surprise, un gigantesque WTF s’échappe de notre bouche. Le cinéma de Tsui Hark, c’est de la fantaisie sous stéroïdes, de l’expérimentation, du « mais pourquoi » et beaucoup d’autres choses que le spectateur occidental que nous sommes n’a pas l’habitude de voir. Du coup est-ce que cela va permettre au film d’arriver sur notre territoire dans les meilleures conditions ? Je n’en sais rien. Ce qui est certain par contre est que Détective Dee : La légende des Rois Célestes est une expérience de cinéma comme vous en verrez malheureusement trop peu sur nos écrans en ce moment. Oui, cela demande de sortir de sa zone de confort pour pleinement plonger dans l’imaginaire assez fou de Tsui Hark, il faut s’abandonner dans de nouveaux codes narratifs. Accepter quelques longueurs ou errances, mais en contrepartie ce que le film nous offre est une expérience diablement jouissive.


Une vague de crimes perpétrée par des guerriers masqués terrifie l’Empire de la dynastie des Tang. Alors que l’impératrice Wu est placée sous protection, le Detective Dee part sur les traces de ces mystérieux criminels. Sur le point de découvrir une conspiration sans précédent, Dee et ses compagnons vont se retrouver au cœur d’un conflit mortel où magie et complots s’allient pour faire tomber l’Empire… Tsui Hark est l’équivalent dans le cinéma asiatique d’un scientifique fou, il s’amuse des genres et des contraintes techniques pour créer des choses inattendues. Du moins pour nous occidentaux. L’action est sa partition et la technologie sa baguette. La 3d et son utilisation dans Détective Dee : La légende des Rois Célestes s’éloigne de ce que vous pourrez voir chez James Cameron ou Peter Jackson et j’en passe. Le but n’est à aucun moment de coller aux standards hollywoodiens du genre. Tsui Hark ne se formate pas et reste fidèle aux racines de son histoire. En résulte une œuvre qui a des faux airs de créations picturales semblant tout droit sortir d’un autre monde. Il donne vie à des légendes comme personne et c’est au public de prendre le train en marche. La beauté de la chose se mérite et le pari d’une sortie comme celle Détective Dee : La légende des Rois Célestes est assez intéressante.


Est-ce que tout le monde va adhérer à l’univers pour le moins particulier de ce film ? Je ne pense pas. Est-ce pour autant une raison de passer à côté de ce vent de fraîcheur ? Pas vraiment. La beauté du cinéma quand on sort de sa zone de confort est que d’un pays à l’autre, il nous pousse à nous remettre en question face à nos attentes et la manière de voir le monde. Et dans ce domaine précis, il faut bien reconnaître que le cinéma asiatique et ce sous toutes ses formes est surprenant. Tsui Hark est un touche à tout de génie. Parfois foutrarque, souvent novateur, il redéfinit la partition cinématographique à chaque nouveau film. Les moyens sont différents du cinéma hollywoodien, la méthodologie et la narration aussi. Et en bout de course, la chose que l’on ne peut s’empêcher de dire est tant mieux. Oui, pour beaucoup Détective Dee : La légende des Rois Célestes aura des allures d’Ovni, parfois un peu trop long ou barré pour le commun des mortels. Mais c’est aussi ce qui en fait sa force. Parfois, il faut bien tenter l’aventure.

Pour me suivre ou me contacter...
Follow me

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.