Les news

Tu penses a quoi quand t’écris un Podcast?

[podcast_subscribe id="31141"]

Écrire un podcast, c’est comme danser avec le diable sans avoir la moindre idée de ce que ce dernier attend de nous. L’aventure en gros…

Vous ne vous êtes jamais demandé ce qui se passait dans la tête d’un Podcasteur quand il écrit son texte. Est-ce qu’il improvise à fond les ballons en espérant retomber sur ses pattes et alpaguer des auditeurs aux passages ou bien est-il du genre à faire son étude de marché, étudier le terrain et s’assurer qu’il ne parlera que de sujets de société du moment. Oui, mais du coup dans ce cas-là on tombe sur une émission de talk basiques, au mieux on est Yan Barthes, au pire on se transforme en Hanouna du podcast et l’on ratisse le plus large possible pour tenter de tapiner en 1re. J’avoue c’est compliqué.

Il y a encore quelques mois, je détestais m’entendre parler, je ne suis pas dans la vie de tous les jours du genre a parler sans cesse. Je peux même dire que bien au contraire, j’ai tendance à être un taiseux, j’observe, je parle peu ou du moins pas a tout le monde. J’observe les gens, je tente de les comprendre, parfois voire même souvent je me trompe et j’oscille entre mais nique toi connard et le bon bah c’est pas grave on passe au suivant. Au final, trouver les sujets de Podcasts, c’est un peu comme être sur le grand échiquier de la vie H24, on tâtonne, on se plante, on pense avoir fait la découverte, l’idée du siècle et on se rend compte que non. On se fait plaisir on s’engueule, on doute et l’on avance. Ou pas, cela dépend des jours. La beauté de ce média est qu’au final, il n’y a pas de barrières particulières qui nous tiennent au pied comme un putain de boulet.

Si dans la vie de tous les jours on dit tout ce qui nous passe par la tête, au mieux, on est pris pour un taré, un maboul ou un rustre se torchant avec la bienséance. Je ne dis pas que le podcast est le far west de la pensée et que cela tire dans tous les sens des idées pour le moins chelou, mais que l’on est face à un terrain de jeu permettant de vider son sac avec moins d’états d’âme. On ne sait pas combien de personnes l’entendront, ce qu’ils en penseront vraiment. C’est un peu comme un coup d’un soir, on se lance sans parachute et l’on fait son truc, sans se soucier du lendemain. Et si cela débouche sur autre chose d’une certaine manière c’est cela la bonne surprise. Je ne sais pas comment travaille les autres podcasteurs du coup, ce que je sais dans le fond est qu’en ce qui me concerne, tout cela est un joyeux bordel sans queue ni tête. C’est peut-être ma marque de fabrique au final. Va savoir…

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.