Critiques de films

[Critique] Wolverine- Hugh Jackman- Critique du film

Après une première incartade dans le domaine de l’origin Story, voici que le plus fameux des X-Men : Wolverine revient au cinéma pour une aventure en mode asiatique. Beaucoup attendaient ce film avec le couteau entre les dents désireux de voir s’il allait rendre hommage aux personnages de la façon la plus respectueuse qui soit du moins au travers des yeux d’un fan ? La réponse est en soit un demi non, mais en ce qui me concerne, je ne trouve pas forcément que ce soit la grande catastrophe que l’on a voulu nous vendre. Pris dans la galaxie des films de la saga X-Men, ce Wolverine a le défaut majeur de ne pas être véritablement un film…mais bel et bien un simple interlude. Reliant les morceaux entre le passé de sa saga chaotique au cinéma et le futur que l’on espère bien plus attrayant, ce nouveau film prend le temps de faire en sorte que la bête trop longtemps endormie revienne à la surface. La majeure partie des critiques que j’ai entendu sur ce film au-delà du scénario et de ses errances faces à la mythologie étaient du au fait que l’absence de violence ou de rage du personnage pendant un grand moment du film faisait en sorte de rendre sa crédibilité pour le moins branlante. Chose qui a mes yeux est pour le moins bizarre vu que retrouver ledit personnage dans un cul-de-sac psychologique de ce genre est au contraire diablement raccord avec les étapes précédentes de son parcours. C’est du coup justement dans cette alternance entre accès de violence et grand moment en demie teinte psychologique que le film ou du moins le parcours du personnage tire un intérêt certain.

La catastrophe sur pattes de X-Men Origin avait eu pour noyau de vouloir caser trop de personnages mythiques en un seul film sans jamais leur donner le temps de développer la mythologie leur appartenant. Wolverine répète en partie l’erreur en diminuant pourtant son rayon d’action. Viper et le Silver Samurai apparaissent ici comme des personnages totalement secondaires dont le but dans l’histoire n’est jamais véritablement « d’exister », mais bel et bien juste de la faire avancer sans jamais déranger l’arc narratif de Wolverine. Mélange pour le moins étrange quand on connaît l’impact du Silver Samurai dans l’histoire de Logan. Mais aussi bizarre que cela soit, l’alchimie prend, car en agissant ainsi, le film se retrouve focalisé uniquement sur son héros. L’immortalité sujet centrale du film et l’impact que cela a sur la psychologie de celui qui en est « victime ». Sans point de repère apparent, l’errance du personnage principal et son lent retour vers une cause ou à défaut un maître, s’avère intéressante à suivre. Sans Xavier pour le guider, le terme de Ronin prend tout son sens face a Logan. Et c’est aussi sur ce point que son évolution vers le film et la transition qui se joue vers « Day of the Future Past » s’avère intéressante. Car en soi, le film n’a pas d’autres intérêts que d’être un gigantesque teasing pour le film de Bryan Singer. L’histoire de Logan et sa mythologie ne sont pas là pour être traité, l’idée est bien de faire en sorte de retrouver le personnage que Singer avait laissé dans X-Men 2 : le soldat comme se décrit lui-même Logan.

Imparfait et à la fois fidèle à une certaine vision du mythe de Logan le film de James Mangold prend en compte une donnée que beaucoup oublie. Ce n’est pas parce qu’un auteur de comics à écrit une version de l’histoire d’un personnage excellente que cette dernière sera à jamais le modèle à suivre. Le monde des comics n’est qu’une suite de gigantesque recommencement et d’adaptations où les influences des uns se mélangent avec celle des autres pour faire durer le mythe. Parfois cela se passe en trahissant les attentes des uns pour mieux séduire les autres. L’important est que le cœur de la saga ou du personnage que l’on aborde soit encore palpable. C’est le cas ici, avec une histoire qui au regard des autres films ( pas forcément des comics d’origine) s’avère pour le moins cohérente et montre que la Fox table en effet sur la mise en place d’une véritable continuité avec le prochain film de Bryan Singer. Cimenter les différents univers pour les rendre plus crédibles. Logan agit du coup comme liant. Ce n’est peut-être du coup pas aujourd’hui qu’il aura forcément un vrai film à son image, mais le résultat présent est pour l’instant loin d’être honteux.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply