Critiques de films

[Critique] Unstoppable- Tony Scott- Critique du film

Synopsis : Un ingénieur et un chauffeur vivent une véritable course contre la montre. Les deux hommes tentent de stopper un train qui transporte des produits toxiques avant que celui-ci ne déraille et répande une flaque toxique qui décimera la ville complète. La plupart du temps quand on me dit Tony Scott et au vu de la filmo du monsieur ces derniers temps j’ai tendance à lever les yeux aux ciels. Cela ne vole pas forcément haut et autant le dire ouvertement, je trouve qu’il avait une fâcheuse tendance à tourner en rond. Ces dernières productions avec Denzel Washinghton me faisant plus penser à deux stars cachetonnant l’un devant et l’autre derrière la caméra. Un duo qui fonctionnait, mais sans l’envie de faire des efforts. Puis soudain « Unstoppable » arriva et me fit ravaler mes médisances. Pourquoi ? Tout simplement pour une seule et bonne raison : ce film est diablement fun !!!

Oui voila c’est dit, j’aime ce film d’un plaisir totalement régressif. Non content de se faire plaisir Scott fait plaisir au spectateur en lui offrant un spectacle totalement old school, mais qui n’en n’oublie pas pour autant d’être fun du début à la fin, humain et spectaculaire comme il faut. Unstoppable est avant d’être une série B un véritable film de monstres ou ce dernier est un train. Tout comme Spielberg dans Duel avait donné une âme a ce camion traquant sa victime, Scott en donne une a ce train monstrueux qui ici est filmé comme une force de la nature. Le genre de celle avec qui il ne vaut mieux pas prendre le risque de jouer. Hargneux jusqu’au bout des ongles Scott réussit a faire en sorte de rendre la dangerosité de train palpable sans trop faire d’efforts. On ne voit plus un train, mais bel et bien un monstre de métal qui n’est plus là que pour semer le chaos. Ce qui nous amène au côté old school du film, dans la personne de ces deux héros cheminots que sont Chris Pine et Denzel Washinghton.

Au travers d’eux le film touche un de ces points faibles. Ces deux personnages sont des clichés sur pattes et semble venir tout droit d’un gros téléfilm des années 70. Mais en même temps c’est de cette faiblesse que Scott tire le sel de son film. Ce sont des gens comme vous et moi. Un homme luttant pour revoir son fils et un autre venant de se faire virer. Les deux étant prêts à se sacrifier pour sauver leurs familles et le job qui les tient a flot. Oui cela peut sembler un poil basique, mais c’est aussi ce qui permet a ce film de fonctionner. Le spectateur dans ce genre de spectacles ne veut pas d’un héros trop défini, il doit pouvoir en lire les contours et combler l’intérieur à sa propre sauce. C’est un peu ce qui se passe ici. Le scénario offrant des acteurs jouant le minimum syndical efficacement et laissant au spectateur le soin de combler en fonction de son humeur du jour. Dans d’autres situations je dirais que cela coincerait, mais bizarrement ici pas une seconde.

Je ne comprends toujours pas vraiment comment au-delà de l’aspect technique Scott a réussi le miracle de faire que cela fonctionne, mais l’évidence est là. Ce mec est un magicien. Réussir à rendre aussi jouissif un film qui au final n’est rien de plus qu’un gros téléfilm de luxe en mode « Pimp my ride » relève du coup de maitre. Il n’y a pas 20.000 choses a dire sur ce film qui sous couvert de divertissements basique donne quartier libre a Tony Scott pour expérimenter les nombreuses cartouches de sa grammaire du cinéma. L’ensemble se révèle de très bonne facture et offre au travers d’un spectacle a priori perdu d’avance une surprise des plus agréable. Unstoppable c’est un film de Drive Inn, shooté avec un amour du cinéma de divertissement d’antan, le tout avec une connaissance des codes techniques du cinéma. C’est carré, propre et agréable; Le pop corn movie old school.

No Comments

Leave a Reply