Critiques de films Films français

[Critique] Toute première fois- Critique du film

Jérémie, 34 ans, émerge dans un appartement inconnu aux côtés d’Adna, une ravissante suédoise aussi drôle qu’attachante. Le début dʼun conte de fées ? Rien nʼest moins sûr car Jérémie est sur le point de se marier… avec Antoine.

Un gay qui tombe amoureux d’une Suédoise aux yeux incendiaire et finit par remettre sa sexualité et sa vie en cause à l’approche de son mariage. Le pitch est casse-gueule surtout s’il était tombé entre de mauvaises mains. J’entends par là dans un truc difforme où l’humour gras aurait tué dans l’œuf le propos. Non Toute première fois n’évite pas certaines erreurs pas forcément grave, pourra peut-être faire tiquer un peu sur son finish. Mais dans l’ensemble, cela ne détruit en rien tout l’amas de bonnes choses qui peuple le film. Son casting, son ton, son humour et aussi son fond. Toute première fois est une comédie romantique dans l’âme. Une romcom presque à l’Américaine…enfin j’entends par là que comme beaucoup d’autres avant elle, les codes qui régissent ce domaine lui ont été marqués au fer rouge dans le script. Mais là encore, sans faire de la récitation et du copier-coller de bon élève, Toute première fois trouve son style, sa pate…le tout en mélangeant intelligemment les genres. D’un genre à l’autre justement, le film se joue des règles en vigueur et s’amuse à montrer que rien n’est écrit.

Quand on fait du cinéma populaire et de la comédie et que l’on aborde l’homosexualité, le cinéma français ne fait pas dans la dentelle. La cage aux folles, pédale douce. Des gros succès du genre qui bâtissent leur ossature sur la force du cliché. Mais cela allait avec l’époque. Toute première fois a le bon sens de ne pas tomber dans ce travers et de savoir évoluer avec son temps. Tout comme dans une bonne comédie romantique de base, le couple avec lequel on démarre possède des qualités humaines aussi bien que comiques. Lannick Gautry et Pio Marmai donnent naissance à un couple gay qui justement fait oublier ce détail. C’est un couple avec ses forces, faiblesses, doutes et petit moment de complicité. Les deux réalisateurs prennent bien le temps de définir les deux personnages pour asseoir le côté monsieur Tout-le-Monde du duo. Il n’y a pas de volonté de jouer la carte des clichés et c’est ce qui est bien. Cela montre que le film d’un coup joue plus la carte d’une sensibilité presque anglaise dans sa façon de traiter la romance d’aujourd’hui. Puis arrive le drame. Le serpent autour de la pomme en la personne d’Adrianna Gradziel. Comment ne pas craquer face à un tel regard. Et c’est bien entendu ce qui se passe avec Pio Marmai.

 franck-gastambide-toute-premiere-fois

Dès l’entrée sur l’échiquier d’Adrianna Gradziel, la solidité du couple de Lannick Gautry et Pio Marmai bat de l’aile. Les deux réalisateurs enchainent l’humour, les confrontations et les moments de vérité avec parcimonie. C’est parfois aussi touchant qu’attendu de par le respect de certains passages obligés, mais la chose fonctionne en bout de course. Romance contre toute attente très réussie, même si elle se joue des genres, Toute première fois installe une dynamique qui ne faiblit jamais jusqu’à la fin servant le propos menant vers la romance. Et comme dans les bonnes comédies romantiques qui se respectent, le héros n’est rien sans son sidekick. Celui qui en prendra autant que l’autre dans la gueule, mais ne le laissera jamais tomber quitte à lui dire ses 4 vérités au passage. Et dans le rôle, Franck Gastambide, loin des Kairas, continue de faire son bonhomme de chemin. À l’aise pour la comédie de la façon la plus naturelle qui soit, il s’offre ici un one man show, le rapprochant de Jean Dujardin et Gilles Lelouche dans les infidèles. Drôle comme touchant de par ses faiblesses, il se taille une place solide dans le casting. Second rôle certes, mais d’importance.

La finesse de fond de Toute première fois est ce qui sauve le film de la sortie de route que l’on aurait pu craindre. L’homosexualité des personnages est un élément narratif et pas un moteur à jugements ou caricature. Très vite on oublie ce fait pour assister au final à l’histoire d’un couple qui après 10 ans de mariage rencontre un pépin. Le genre de ceux qui avec le temps finissent par se transformer en quelques choses de bien plus gros que prévu et font valser en éclats le petit monde de tous les héros. Toute première fois est drôle, rythmée et portée par un casting aussi charmant qu’efficace. J’avais des doutes avant la projo, j’avais un sourire en sortant. Au final, c’est tout ce que je demande à un film. À voir pour le plaisir.

No Comments

Leave a Reply