Critiques de films

[Critique] Thor : Le Monde des ténèbres – Critique du film

J’avais quelques maigres espoir pour ce « Thor: le monde des ténèbres, l’ennui avec Marvel est qu’après un démarrage très prometteur, la machine a tendance à se reposer sur ses lauriers. En témoigne un Iron Man 3 totalement je-m’en-foutiste et ne menant pas vraiment loin en terme narratif, le tout désormais secondé par un Thor certes de meilleures factures que le premier, mais dont l’édifice en tant que film et surtout en tant que pièce permettant d’avancer dans la phase 2 reste sacrément anecdotique. Le premier point et surtout le plus révélateur de la teneur du film en problèmes réside dans les rumeurs qui avaient tourné autour des reshoots intensifs pour rajouter beaucoup plus de scènes à Loki dans le film. La raison est simple, sans lui le film n’est rien. Inutile de chercher bien loin, Loki est la véritable star du film, doté d’un charisme naturel que peu d’autres acteurs dans le film réussissent à atteindre, il offre au film une bouée de sauvetage. Il est à Thor 2, ce que Robert Downey Jr a été pour Iron Man 3. Tout est bâti autour de son charme, son humour et son cabotinage. En dehors de cela, le reste ne dépasse que rarement le niveau d’un grand épisode de série Tv digne d’une fin de saison ou au mieux de série. Et c’est bien là que le bas blesse.

Là où Iron Man 3 finissait par péniblement retrouver une raison d’extension de vie au travers de la série « Agents of Shield » qui continue un peu l’axe narratif d’Extremis. Il est difficile de s’extasier sur ce que Thor 2 met sur la table. Nous sommes définitivement en face d’un « épisode indépendant » de la saga, jetant par instant quelques miettes pouvant impacter d’autres sagas, mais tout cela est bien maigre. Le plat de résistance sonne malheureusement parfois comme une immense redite en mieux filmé, un poil mieux écrite et structuré du premier film. Ce n’est pas Thor 2, mais Thor 1,5. On ne s’ennuie pas et la finition du film est loin d’être atroce, mais est-ce suffisant pour être attrayant ? Pas vraiment. Mais plus grave, Marvel commence clairement aussi bien au travers des films de la Phase 2 que de sa série TV à montrer des signes inquiétants de manque de directions. Là où ils avaient pris par surprise tout le monde en construisant une phase 1 cohérente et débouchant sur un Avengers sonnant comme une apothéose ludique, il est difficile de dire que le même schéma est en passe de se reproduire ici. Pourquoi ? Tout simplement, car à force de s’adresser avant tout à un public de niche, Marvel devient cryptique pour le reste du monde. Voir même incohérent principalement dans la mise en place de sa timeline. D’un film à l’autre on se demande la même chose, «mais où est le Shield ? » de la série Tv en passant par Iron Man 3 et ce Thor 2 et le futur Captain America, l’impression tenace de naviguer à vue persiste. C’est ce qui en bout de course achève le sens de l’orientation du spectateur dans ce gigantesque univers et active une sorte de mode de visionnage passif.

À cela s’ajoute l’incohérence des gouvernements, après les événements de New-York, l’arrivée d’un vaisseau alien en plein Londres ne provoque que l’arrivée de deux pauvres F18 aussitôt aspirés par un Vortex. Minimaliste dans certaines de ses séquences au détriment de la logique la plus élémentaire, le scénario passe en pilote automatique pour fournir le cœur du plat, mais pas la garniture. Et quand la chose devient trop évidente, on remet une surcouche de Loki. Le hic est qu’aussi génial que soit ce personnage, les séquences le concernant font effectivement pièce rajoutée à la dernière minute, mise là pour combler certaines coupes ou changements de dernière minute. Cela passe presque si l’on connaît ce qui se profile à l’horizon, mais dans le cas contraire, la chose finit presque par n’être qu’un morceau de fast-food scénaristique de plus tant il manque beaucoup d’éléments pour que l’ensemble s’avère compréhensible de tous. Bricolé de toutes pièces ce film est un Frankenstein cinématographique capable de divertir à la première vision, mais qui ne cesse de montrer les faiblesses qui l’habitent plus on y réfléchit. Marvel cesse de dormir sur tes lauriers et sort toi les doigts du cul, merci !

No Comments

Leave a Reply