Critiques de films Films américains

[Critique] Taken 3- Olivier Megaton – Critique du film

Il arrive parfois que lorsqu’une saga arrive au 3e épisode voir plus, elle réserve de bonnes surprises. Mais dans le cas de Taken, il faut bien reconnaître que dès le 2e épisode, on avait eu droit a un warning retentissant. Taken 1 à part une faute de goût sur le final était une série B très bien mise en scène, pas forcément grandiose, mais qui remplissait son cahier des charges sans démériter. C’était très honnête. Un constat qui malheureusement ne s’appliquait pas à Taken 2 qui au-delà d’être stupide, mise en scène au petit bonheur la chance et dépeignant un Liam Neeson uniquement là pour le cachet ( et comment le blamer) était tout simplement un mauvais film. Et bien vous savez quoi? Le 3 en comparaison rend presque le 2 sympathique…et malgré tout le film cartonne une fois de plus au Box-office tout comme Lucy avant lui. Les deux affichant des points communs assez étonnants dans la bêtise d’ensemble les submergeant.

218381-213160-TAKEN

Si cela avait été le scénario de Taken 3, cela aurait été parfait.

Dans Taken 3, Liam Neeson rempile pour le rôle de Brian Mills, monsieur je pète des nuques, des jambes et des bras 24h sur 24. L’homme aussi le plus poissard de la Terre vu que tout ce que cette dernière compte de criminels semble lui en vouloir. Après avoir sauvé sa fille, sa femme, les deux en même temps, on se disait qu’il allait se la couler douce et qu’au mieux dans le meilleur des mondes Taken 3 n’existerait pas. Nous avions tort. Brian Mills fort heureusement pour le compte en banques d’Europa Corp avait encore des méchants à tuer. Mais en jetant aux orties la base de départ du 1er et 2e film, celle que l’on attend a minima de nous voir jeter en pâtures ( l’enlèvement), Taken 3 part un peu dans la course vers la ligne de fin comme un canard boiteux. Cela se ressent d’ailleurs via le script qui est ne nous le cachons pas un poil à la peine. L’ouverture du film se traine et tente comme beaucoup d’autres films dernièrement de réserver son 1er acte au “développement” des personnages…pour ne plus y revenir ensuite. On se débarrasse des choses trop lourdes en somme. Et dieu sait que ce que l’on nous met en travers de la gorge est justement lourd. Un peu comme un mauvais spin off on se dirige presque vers le Taken Santa Barbara. Ce qui nous est offert ne provoque malheureusement rien. Tout comme le public, on n’attend qu’une chose que Liam Neeson brise de nuques et trucide du gangster. Tout le reste n’est que du diabète narratif. Et c’est comme vous le savez très mauvais pour la santé…

frabz-LIAM-NEESON-WITH-A-GUN-You-will-never-be-that-cool-210eeb

Le vrai pitch de la série Taken…

Mais il y a bien quelque chose d’autres qui s’avère pire pour la santé, c’est le sens de la mise en scène d’Olivier Megaton quand on en vient à l’action. Le Transporteur 3, colombiana, Taken 2 souffre tous des mêmes maux, une caméra n’ayant aucun GPS quand il s’agit de filmer de l’action. On s’y perd, tout va trop vite, c’est un clip sous forme de film qui laisse perplexe. Les grands réalisateurs tels que John woo ou Tsui Hark par exemple n’ont jamais eu de souci même dans des espaces restreints pour créer des mises en scène folles. Dernièrement The Raid se surpasse aussi pour tirer profit de tout et se challenger niveau mise en scène…Taken 3 se moque un peu beaucoup, voir complètement de ce simple postulat. J’ai mal à mon cinéma comme diraient certains, mais peut-être suis-je simplement trop exigeant quand je me réfère au succès en salle du film. Va comprendre…

Taken-meme1

Taken 3 en une image…

Liam Neeson s’impose de plus en plus comme le Samuel L Jackson blanc. Il cachetonne dans tous les sens. Parfois avec conviction, parfois pas du tout. Taken 3 rentrer dans la 2e catégorie et autant être honnête là aussi, il fallait s’y attendre. Taken 3 est un objet filmique dont l’existence est à durée limitée. Calibré pour faire de l’argent et disparaître ensuite dans les limbes de l’oubli, il fait ce qu’on lui demande sans moufter. Un peu comme son réalisateur Olivier Megaton, qui d’un film à l’autre ne semble pas avoir la moindre envie de s’impliquer créativement. C’est affreusement automatique et sans vie. La réalisation de Taken 3 est l’image du film terriblement creuse. Forest Whitaker par l’odeur du cacheton alléché pointe lui aussi son nez au casting pour jouer le rôle du flic aux trousses de Liam Neeson. Comme toujours, il dispose d’un capital sympathie assez flagrant qui permet de rares fois de faire oublier la maigreur de son rôle, mais difficile de garder cette bienveillance sur toute la longueur. Creux, inintéressant, doté d’une réalisation à l’emporte-pièce, Taken 3 est encore plus mauvais que le second volet qui était déjà très mauvais. Olivier Megaton se surpasse, mais dans le mauvais sens, pendant que Luc Besson compte les billets verts. Ces gens sont des sorciers…et Taken 3 à éviter.

No Comments

Leave a Reply