Critiques de films

[Critique] Superman vs The Elite- Critique du film

Le domaine de l’animation dans le monde du DTV (direct to vidéo) accouche-t-elle toujours de chefs-d’œuvre ? Parfois, mais dans d’autres cas, on arrive à des cas de figure un peu bâtards, comme ce Superman Vs The Elite. Superman a toujours été une figure propre sur elle, l’archétype du héros qui respecte la loi au pied de la lettre et ne fait jamais le mal qu’il voit dans les actions des criminels qu’il pourchasse chaque jour. Mais que se passerait-il si face à une menace totalement imprévue, le héros devait faire preuve des mêmes faiblesses. A savoir devoir devenir un véritable psychopathe et pourquoi pas tuer…Là où dans les mains d’un réalisateur de talents et sous la forme d’un film live le film aurait pu donner naissance à quelque chose de splendide et dark, la version animée est diablement moins flamboyante.

Superman-vs-The-Elite-2012-Movie-Image

Rien à reprocher à l’animation de ce Superman, mais plus au scénario qui au final se retrouve pris au piège des conventions hollywoodiennes, celle qui d’une certaine façon limite toutes volontés de violences ou d’éléments un peu trop perturbants. Du coup le film dépile son histoire tout comme les personnages qui la composent avec une certaine monotonie assez horripilante. Oscillant entre soi-disant gentil et vrai méchants pris d’une fièvre de domination du monde si prévisible, l’ensemble de l’histoire s’enlise. Pire encore Superman et Lois donnent l’impression d’être tout droit sortie d’un épisode de « Lois and Clark ». Le scénario ne fait pas vraiment d’effort de développement et l’on finit par décrocher. C’est aussi un problème assez simple qui se pose celui de la réception du public face à l’image old school de Superman. Syndrome de l’icône américaine ( que le film s’amuse à ridiculiser parfois…) on est en droit de ce dire qu’en comparaison de certains héros plus intéressants sur le fond, Superman commence à subir une vieillesse narrative assez alarmante. L’éclat se déroulant à la fin donne un court instant une illusion, mais cette dernière est de courte durée. Que faire pour la chose change ?

Attendre et espérer que le film de Snyder ne tombe pas dans les mêmes travers. L’inconvénient absolu de Superman est que n’étant pas esclave des mêmes règles que nous autres humain, il les prend parfois en surface pour argent comptant et n’en applique que la surcouche la plus apparente. Son premier degré est sa faiblesse, le film met en branle cette donnée en l’obligeant à aller au-delà de son sens analytique. Est-ce qu’un super héros peut tuer pour le bien de tous et empêcher de possibles événements tragiques de se produire dans le futur ainsi ? Le dilemme sous la patte d’un Nolan ou Aranofsky et j’en passe aurait pu donner lieu à quelque chose de passionnant, mais dans le cas présent rien n’est fait pour que ce concept intéressant dépasse le stade du pitch de rêve. Est-ce que la BD dont s’inspire le film était meilleure ? Je ne sais pas, mais ose l’espérer et qu’elle prend le temps d’explorer des recoins beaucoup plus sombre que ceux que l’on aperçoit ici. Cas typique du film qui a plus d’ambitions en stock que la production ne lui permettra jamais de réaliser, ce Superman Vs The Elite perd définitivement et surtout assez rapidement son combat au poing. C’est dommage, mais prévisible en fin de course. Next…

No Comments

Leave a Reply