Critiques de films

[Critique] Need For Speed- Scott Waugh- Critique du film

Tobey Marshall et Dino Brewster partagent la passion des bolides et des courses, mais pas de la même façon… Parce qu’il a fait confiance à Dino, Tobey s’est retrouvé derrière les barreaux. Lorsqu’il sort enfin, il ne rêve que de vengeance. La course des courses, la De Leon – légendaire épreuve automobile clandestine – va lui en donner l’occasion. Mais pour courir, Tobey va devoir échapper aux flics qui lui collent aux roues, tout en évitant le chasseur de primes que Dino a lancé à ses trousses. Pas question de freiner…

Que fallait-il attendre de l’adaptation en film du jeu « Need for speed » par le réalisateur d’Act of Valor, sorte de manifeste gerbant pour l’armée américaine et ses braves héros ? La réponse logique est pas grand-chose et la vision du film confirme en grande partie ce jugement, même si au milieu du gâchis, il garde quelques éléments sympathiques. Ces derniers se scindent en deux parties Aaron Paul et Imogen Poots qui forment ici un couple pour le moins sympathique ( malgré la maigreur du script les concernant) et bien entendu les courses ( mais avec une certaine forme de déception malgré tout). Le film de Scott Waugh s’inspire en grande partie de la base narrative du jeu « Need for speed : the run ». Le hic est que là où le jeu était hautement cinématographique en misant tout sur le spectaculaire et en marchant dans les pas d’un Canonball mise en scène par Michael Bay, le film rate littéralement le coche en tuant son potentiel dans l’œuf par le biais d’un choix aberrant, celui de résumer le challenge du film à une seule et unique course. Là où le jeu créait un challenge en enchaînant les courses dans différentes atmosphères et donnait du suspens, le film décide de ne même pas tenter le coup. Résultat des courses, il perd toute force et inflige au spectateur quasiment 1h40 de clichés plus ou moins vivaces avant un final certes agréable, mais prenant la forme d’un pot pourri sous acides des différentes situations mythiques que l’on retrouve dans le jeu. C’est agréable pour le fan, mais au delà, difficile malgré tout de cacher une certaine forme de déception.

need-for-speed-aaron-paul

Car il faut bien le reconnaître, le scénario de Need For Speed est d’une telle stupidité, enchaînant les incohérences et sous expositions de personnages principaux avec une telle force qu’il en rend presque brillant celui de Torque en comparaison. Dominic Cooper qui est le méchant du film se voit voler la vedette par le temps de présence de n’importe quel pot d’échappement des concurrents ou seconds voir 14e rôle de figurations. Aaron Paul qui est un acteur brillant se voit offrir un rôle où son interprétation oblige presque à remettre en perspective le jugement que l’on avait pu avoir sur Collin Farrell dans Daredevil. Oui, il ne fat pas se mentir, Need For Speed se rate un peu sur tous les domaines. Oubliant son origine, il fait bizarrement l’impasse sur le cœur même de ce qui fait la force de cette saga : la vitesse et la course. Le tout pour tenter de créer une sorte de dramaturgie autour des personnages principaux. Le souci est que cette dite dramaturgie est aussi lourde et indigeste que la vision du romantisme par Michael Bay dans Pearl Harbor. Scott Waugh est un quasi-pubard privilégiant le beau plus sur le fond. En résulte parfois de très belles idées de mises en scène pendant les courses, mais la maigreur du script et sa non-ambition complète finissent de mettre à mal la volonté du spectateur.

Au-delà d’un final enfin énergique et tirant le spectateur de sa léthargie après un horrible tunnel narratico-dramatique d’un peu plus d’une heure et demie, Need for Speed loin de délivrer le minimum syndical de l’entertainement passe littéralement à côté de son sujet. Là où Scott Waugh avec Act Of Valor livrait quelque chose de puant sur le fond et vide sur la forme, il se contente de livrer une commande vide de sens, mais pas désagréable sur la forme. Au final, la question à se poser est de savoir s’il vaut mieux rejouer à Need for Speed the Run et se faire son film où voir Need for Speed le film ? Ma réponse sera malheureusement de rejouer au jeu, qui s’avère beaucoup plus prenant en termes d’adrénaline. Dommage…

No Comments

Leave a Reply