Critiques de films

[Critique] Special ID- Donnie Yen- Critique du film

Synopsis : Chen est un flic infiltré dans le plus brutal des gangs chinois. Le boss Xiang s’est donné pour objectif principal de nettoyer son organisation de toutes les taupes du gouvernement. Tandis que ses camarades infiltrés disparaissent les uns après les autres, Chen craint d’être le prochain. Il doit donc tenter l’impossible pour faire tomber l’organisation et récupérer sa vie et son identité avant qu’il ne soit trop tard.

Les films d’action HK sont un peu l’équivalent du menu maxi best of big mac de l’action. On y va pour en avoir pour son argent et bien souvent c’est le cas. Mais cela se fait aussi souvent au détriment de l’histoire. Autant le dire tout de suite, Special ID n’échappe pas à la règle. Pour ce qui est de l’action pure, le film est délicieusement couillon et sans la moindre limite. Ce qui en bout de course offre un spectacle pour le moins hallucinant, le hic est qu’entre chacune des monstrueuses séquences d’actions, il faut se taper une trame narrative, idiote, remplie de clichés et pire que tout excessivement mal joué. Special ID est un peu l’équivalent d’un BAD BOYS 2 version Hk en terme d’actions où l’on aurait remplacé tout ce qui n’est pas bourrin par le scénario d’une série policière allemande mixé avec un humour bien lourd. Car là aussi inutile de penser a Donnie Yen comme un personnage profond dans le film, il en jette peut-être dès que l’action démarre…mais quand il s’agit de donner du fond à son personnage, c’est la catastrophe. En effet le mot anglophone le caractérisant le mieux du monde est (dans ce film…) « Douchebag ».

Donnie-Yen-Special-ID-poster

Le défaut de certains films asiatiques type blockbuster ou films populaires et principalement du côté de HK est que la notion de l’humour est pour le moins différente de la nôtre. Special ID laisse donc une étrange sensation dans l’œil et l’esprit du spectateur européen. On oscille entre la consternation et le rire nerveux devant la prise au sérieux des acteurs noyant leurs textes dans un océan de crétinerie narrative et de clichés. C’est assez consternant et inodore. De plus à aucun moment on ne peut vraiment dire que sur ce point le film surprend, reprenant des bribes d’Infernal Affairs, noyant le tout dans un buddy movie improbable où Donnie Yen est vite mise au rebus en terme de badassitude par la fluette, mais pourtant salement couillu Sally Jing Tian ( qui lors d’une course poursuite suivie d’une baston lancée dans une voiture à pleine vitesse) qui lui vole a plus d’une reprise la vedette. On ne s’attend à rien  venant d’elle et pourtant la claque qu’elle nous met dans la tête est assez impressionnante. Il faut dire que la bêtise profonde de ses textes et les horribles séquences de remplissages style buddy movie du pauvre entre elle et Donnie Yen pouvaient laisser craindre le pire. Mais dès que Special ID se lance dans l’action, le film rachète à peu près toutes ses erreurs.

Est-ce que lesdites séquences ont du fond ? Non, mais, elles ont de la forme. Que ce soit dans l’optique de voir Donnie Yen affronter une armée de gangsters dans une séquence digne d’Old Boy ou dans ce final juste hallucinant de violence sèche et sans pitié, le film offre son lot de « ouchhhhhhh » venant du spectateur. Les cascadeurs asiatiques loin des standards que respectent les Occidentaux repoussent encore et toujours les limites de la sécurité. Ils semblent incassables et Special ID ne fait rien pour faire mentir la règle. Mais comme je le disais, même si les quelques séquences d’actions du film sont justes hallucinantes, c’est tout le reste qui rend l’ensemble totalement caduc. Special ID en fin de course n’est qu’un gigantesque bordel avec un Donnie Yen cabotinant, des scènes d’actions totalement over the top et un scénario misérable et cliché. Cela aurait pu être monstrueux et mémorable, cela ne le restera pas pour cause de finitions très douteuses. Dommage.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply