Critiques de films Films français

[Critique] Robin des bois, la véritable histoire-Critique du film

maxresdefault

Robin des bois, la véritable histoire, c’est justement l’histoire d’un film que l’on aurait pu croire à la limite potable. Oui, enfin je dis cela bien entendu si l’on n’avait pas vu la bande-annonce. En effet derrière ce nom à rallonges se cache le duo Anthony Marciano /Max boublil responsable du film « les gamins » une jolie petite comédie. Pas forcément original a 200% certes, mais reposant sur un duo de comiques solides, le film avait eu la possibilité de trouver une assise concrète, lui permettant de se développer tranquillement et de devenir ce qu’il fut en bout de course. Robin des bois, la véritable histoire oublie complètement cette mécanique pour au contraire tomber dans la surenchère, plus de personnages, de moyens, de blagues et en fin de compte beaucoup moins de charme. Element qui faisait le succès du premier film d’Anthony Marciano. Robin des bois, la véritable histoire est en roue libre du début à la fin, tire dans tous les sens, mais n’atteint jamais aucune de ses cibles. On finit par être perplexe devant l’existence même de la chose. Véritable bulldozer de la lourdeur, le film ressemble à une de ces formules de producteurs. Venant du réalisateur des Gamins bizarrement, j’attendais mieux pour son second film. Les espoirs construits dans ce 1er film disparaissent pour laisser place à une grande question… »est-ce bien la même personne derrière la caméra? »

Robin-des-Bois-la-Veritable-Histoire_paysage_613x380

Dans les mains d’un Alexandre Astier ou même d’un Alain Chabat, ce reboot de l’histoire de robin des bois aurait pu être quelque chose de sympathique. Robin des bois, la véritable histoire, version Marciano et Boublil est comme une formule d’émission spéciale du cable que l’on aurait passé sur le grand écran en se disant que le casting suffirait à faire le reste. Parfois cela marche comme avec le hold-up incompréhensible de « Qu’est ce que l’on à fait au bon Dieu? ». Mais, il y a aussi des fois où le public se dit que là, il ne faut pas forcément trop pousser non plus. La force du film « les gamins » était d’obliger en partie Max Boublil à sortir un peu de son rôle de catapulte à vannes. Robin des bois, la véritable histoire le remet directement dans ce costume sans pourtant y adjoindre une véritable direction d’acteur pour le canaliser. Lui comme les autres acteurs d’ailleurs. Du coup pendant la trop longue durée du film, ce désagréable sentiment d’assister à une représentation d’un spectacle en roue libre complet nous prend à la gorge. On se tortille dans son siège, on se dit que cela va passer, mais non. Cela continue et cela s’enfonce encore et encore.

Robin des bois, la véritable histoire est une énigme. Comment un jeune réalisateur montrant un potentiel à développer dans son premier film le fait-il disparaître avec autant d’applications dans le moule de la production française dès son 2e film? Seconds rôles chiant, adjonction de comédiens du stand-up et gens de la tv, le cahier des charges de la production de clichés cinématographique dans le domaine de la comédie française est là. On se gratte la tête en se demandant ce qui a dû se passer en coulisses pour aboutir à cela. Il y a des duos réalisateur/acteur qui après un premier film attrayant concrétisent par un second film brillant, puis il y a malheureusement le duo Marciano/ Boublil qui se plante en long et large avec « Robin des bois, la véritable histoire » qui est juste complètement raté. Accident de parcours ou triste réalité sur les capacités à surprendre du duo? Si 3e film ensemble il y a, je croise les doigts pour qu’ils reviennent aux fondamentaux et surtout bossent le script avant de partir en tournage. Cela aide généralement…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply