Critiques de films

[Critique] Radio Silence – Critique du film

L’animateur d’une radio pirate apostrophe à l’antenne la police qui n’arrive pas à mettre la main sur un tueur en série sévissant dans la région. Quelques instants après, le meurtrier appelle la station et commence à imposer ses règles.

On air ( Radio Silence) est un film que je pensais naïvement bon. J’avais l’audace de penser que le cinéma allemand pouvait accoucher de quelque chose de différent dans ce domaine qui ne nous mentons pas a du mal a trouver un second souffle. Autant le dire rapidement, j’avais tort. Marco Riedl et Carsten Vauth dont c’est le premier long adaptent un de leurs courts-métrages du même nom et c’est dans ce fait que se joue le destin du film. On ne fait pas forcément un film en reprenant le scénario d’un court-métrage. Ou alors on l’étoffe, le développe et l’on tente d’y ajouter de la folie novatrice. Malheureusement avec On air ( Radio Silence) le duo allemand Marco Riedl et Carsten Vauth manque le côche à tous les niveaux. Quelques bonnes idées subsistent et quelques idées de mises en scène font illusion pendant quelques minutes. Mais jamais au-delà, pour la simple et bonne raison que On air est terriblement mal joué, écrit avec les pieds et il ne suffit pas plus d’un quart d’heure pour voir que les réalisateurs n’ont plus la moindre chose à faire de leur casting et accessoirement de l’histoire.

radio-silence-2

Donc oui, On air ( Radio Silence) est un gigantesque foutoir qui maltraite le sens logique du spectateur jusqu’au final qui ne peut que finir de piétiner le cadavre fumant de l’inconscient ayant vu le film d’un bout à l’autre. Du serial killer en chef, qui au final est mine de rien super con, en passant par les flics débiles à souhait ou le héros qui a des secrets, tout dans le film s’enchaîne avec le moins de cohérence possible. L’ultime problème du film est que lorsque toutes les pièces de l’échiquier se mettent en place, il est impossible dans un coin de son cerveau de ne pas se dire…euh, mais cela n’aurait pas été plus simple ainsi ? Pas que j’ai l’intention de devenir serial-killer, mais en voyant les trous parcourant celui du tueur, je me dis que Marco Riedl et Carsten Vauth sont aussi légers dans le domaine du scénario que dans celui de l’écriture. On air ( Radio Silence) est un exercice de style que je rapproche de « La horde », beaucoup d’influences, d’envies et de références pour au final un résultat avoisinant l’indigestion et la sortie de route. Pas que dans le fond les idées de bases soient mauvaises ( juste cliché…) mais ce qui fait affreusement défauts à On air ( Radio Silence) est une véritable direction narrative. Ou au mieux des directeurs d’acteurs…

radio-silence-3

Du flic qui enquête avec le chien de la victime, du sérial killer qui passe son temps à mettre et enlever son masque sans d’autres raisons que faire beau dans le cadre, au twist de fin qui rend l’ensemble ridicule de par sa localisation géographique, difficile d’être tendre avec le film. Le domaine du film d’horreur se range désormais dans deux catégories, ceux qui transcendent le genre et ceux qui ne le dépassent jamais. On air ( Radio Silence) fait du surplace en n’allant que rarement plus loin que le cliché le plus attendu. Triste comme résultat. L’Allemagne n’est donc pas vraiment l’autre pays du slasher et du film d’horreur. Attendons donc de voir si Marco Riedl et Carsten Vauth feront mieux dans un second film. Wait and see…

No Comments

Leave a Reply