Critiques de films Films américains

[Critique] Playing it Cool- Chris Evans – Critique du film

Playing it Cool est l’archétype même de la comédie romantique dite basique que les uns détesteront et un faible pourcentage des autres aimera. La raison est la suivante, Playing it Cool cumule autant de forces que de faiblesses et c’est dans ces dernières que la foule va se faire un plaisir de planter les crocs. Pour autant cela ne veut pas dire que le film est mauvais. Loin de là, il est juste très peu original. Voilà, c’est dit. Oui la faiblesse numéro 1 de ce film est que vous l’avez quoiqu’il arrive déjà vu 2,000 fois ailleurs. Pas forcément en mieux, ni en pire. Playing it cool, ne cherche juste pas le moins du monde à surprendre. C’est un point de départ “audacieux” et suicidaire diront certains. Ce qui explique peut-être d’ailleurs que le film soit resté aussi longtemps dans les placards. Mais ce qu’il aligne comme faiblesse narrative, il le contrebalance par son casting de premiers et seconds rôles tous excellent. Et c’est ici que Playing it cool sort la tête de l’eau.

Oui, tout est basique, téléphoné et susceptible de plaire uniquement à une minorité de personnes, mais la chose possède malgré tout un certain charme dans son ensemble. La faute dans un premier temps à Chris Evans et Michelle Monaghan. Les deux personnages qu’ils jouent sont des archétypes de comédies romantiques. Le mec un peu connard et charmeur et la belle brune faussement rigide et complètement perdue qui n’attend qu’une chose, se faire extraire de son statut par le beau prince de service. Playing it Cool connaît ses classiques, le réalisateur d’ailleurs via la galerie de second rôle,( mention spéciale à Topher Grace en meilleur ami gay et Aubrey Plaza en best-friend complètement dingue) fait en sorte de jouer avec les codes du genre pour une simple et bonne raison: celle s’amuser le public. Chris Evans ne cherche pas à réinventer la roue dans son rôle de tête à claque, il possède même d’une certaine façon un charisme le rapprochant du Hugh Grant des premières années, celle où il n’était pas encore complètement agacé par le fait de faire encore et toujours la même chose. Chris Evans ici donne au contraire l’impression contagieuse de se faire plaisir, il s’offre une récréation loin de l’univers Marvel ( même si le film en fait date un peu…)

La comédie romantique est un genre que l’on dénigre assez facilement pour son manque de souffle. En effet le schéma est toujours en grande partie le même et rares sont ceux qui osent en dévier. Playing it Cool reste dans sa zone de confort et ne tente jamais d’en sortir. Le film semble savoir que malgré son casting, il n’aura pas les reins assez solides pour aller affronter la concurrence. Du coup, il la joue petit bras. Est-ce horrible? Non pas forcément cela se regarde comme un téléfilm un dimanche de pluie. La qualité n’est pas ce qui l’étouffe, mais le plaisir de la découverte de cette gigantesque ligne blanche qu’est le scénario de Playing It Cool se laisse voir ne serait-ce que pour le couple de trouillards sentimentaux que représentent Chris Evans et Michelle Monaghan. Totalement anecdotique et pourtant très sympathique.

No Comments

Leave a Reply