Critiques de films

[Critique] Paranorman- Critique du film

Norman est un petit garçon qui a la capacité de parler aux morts. Celui-ci va devoir sauver sa ville d’une invasion de zombies.

Dans la catégorie des petites surprises diaboliquement jouissives, je vous offre Paranorman. Dernière création en date des producteurs et de l’équipe derrière Coraline,ce film garde une similitude de cœur avec la technique mise en avant pour donner vie aux différentes marionnettes, mais c’est sur tout le reste que la véritable différence s’opère. Sorte de rencontre improbable entre Breakfast Club et l’univers des films de zombies et presque celui d’Akira sur le final qui prend un tournant juste fou, Paranorman réussit un pari assez fou. Celui de montre que oui, on peut encore faire un grand film d’animation…qui ne soit pas image de synthèse. Quand Coraline était sortie, d’autres films en animation en pâtes à modeler avaient déjà fait les gros titres. Mais dans l’inconscient collectif, ce n’était pas forcément le genre le plus prisé. Pris au piège des idées préconçues, j’avançais moi aussi légèrement dans l’ombre. Coraline m’avait ouvert les yeux de façons ultras limpides sur ce qu’il était possible de faire via ce moyen d’expression et en le poussant dans ces derniers retranchements. Paranorman enfonce définitivement le clou et crée la surprise que je n’attendais pas forcément.

Comment mélanger des thèmes aussi disparates que le pardon, les relations familiales, les maltraitances entre enfants aux lycées, le mal-être ado…le tout au milieu d’un univers où les zombies et morts en attentes d’un ailleurs plus clément se balade librement. Dès le départ Paranorman tout Coraline, met en place un univers aussi particulier qu’envoutant. Le design des personnages, la fantaisie de l’animation ainsi que le brio avec lequel le scénario réussit à rendre cohérent ce mélange pouvant paraître indigeste finit d’emporter l’adhésion sur le long terme. Mais au-delà de ces quelques aspects, la chose qui est et reste la plus plaisante du lot dans cette aventure zombiesque… est l’étude psychologique pas si conne des teenagers de notre époque. Certes le cheminement pris par l’histoire n’est pas des plus originales à tous les étages, mais cela n’empêche pas que par moment de très bonnes et inattendues surprises se produisent devant nos yeux. Paranorman réussit à jouer avec les codes du genre qui est le sien pour au final mettre en place sa propre partition. Créature scénaristiquement réussie par un Frankenstein du scénario, le film tient sur ses deux jambes et développe une humanité/identité qui lui est propre, et ce, même s’il n’oublie pas d’être référentiel. Assimiler pour mieux recréer.

Mais le plus brillant au fond de tout cela reste la magie aussi simpliste que bizarrement ultra technique qui se dégage de ce film. À une époque où la 3d et l’image de synthèse trustent le haut de la production dans le domaine de l’animation, voir un film hollywoodien aller dans cette voie risquée de l’animation hors cadre force le respect. Alors oui il est évident que la base du film est certes une prise de risque en allant vers des outils de créations différentes, mais le mélange des techniques et la fusion du vieux et de l’ancien crée quelque chose d’hybride qui au-delà de la première appréciation confère à l’ensemble un degré de perfection assez peu commun. Définitivement l’une des jolies surprises de l’été.


скачать видео на filmz.ru

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply