Critiques de films

[Critique] Paranormal Activity 4- Critique du film

J’aimerai dire du bien de Paranormal Activity 4, mais sincèrement cela consentirait à être malhonnête avec une partie des lecteurs, ceux qui auront la « malchance » diront certains de partager mon avis…un point de vue assez simple qui se lamente un peu beaucoup devant l’extrême et abyssale platitude de ce 4e volet et pire encore de la bêtise crasse qu’il affiche, d’un certain mépris pour son public et au-delà de tout cela d’un pur mépris pour tout ce qui fait le cinéma d’horreur en soit. Vous pensiez que la saga James Bond abusait sur le placement de produit à l’intérieur des films ? Et bien rassurez vous ici, on aperçoit les fantômes grâce à la KINECT de Microsoft, on les enregistre via son Macbook Pro, on boit du Pepsi et l’on arbore sa montre Casio, mais surtout dans les moments difficiles on met bien en valeur la sonnerie si reconnaissable de son Iphone de chez Apple. Oui et tout cela n’est rien comparer à ce qui vous attend si l’espace d’un instant vous pensiez que vous alliez assister à un film…avec un scénario correct et intéressant. Bas les pattes jeune aventurier, vous êtes ici dans le royaume du je prends l’argent et je cours loin pour ne pas entendre le moindre reproche. Paranormal Activity 4 est une énigme. Ayant vu le film dans une salle remplie d’un public très jeune (adolescent de 16 ans en moyenne) et à la vue des réactions devant des techniques éculés pour faire peur et des plagiats honteux ( qui ne serait que des clins d’oeils…) à Shinning et tant d’autres, le film trouve son public et pire encore ce dernier à peur. Chose qui en soit me dépasse profondément.

Comment provoquer la peur quand on assiste à une séquence où une gamine poursuivie et traînée sur le sol par un démon n’oublie pas « c’est tellement évident ! » de lâcher son MacBook qui la filme en live. Pourquoi cette dernière fuit dans la maison qu’elle sait remplie potentiellement des pires dangers possible plutôt que d’aller chercher du secours chez les voisins…ceux qui n’appartiennent pas à une secte voulant la tuer. Je pourrai en dire encore et encore pendant des heures tant ce film collectionne les aberrations, mais la pire reste l’espèce de traitement sans queue ni tête du scénario. C’est bien beau de faire un film en found footage, mais cela n’exclut pas pour autant le fait que même si l’artifice permet des facilités narratives, avoir un script cohérent et juste flippant reste une base de travail. C’est même un pré requis pour un film d’horreur de faire peur non ? Paranormal Activity se contrefout de ces notions et livre une horreur version IKEA. Ok j’admets que jouer avec le hors champ et le son est une base de travail concrète…encore faut-il savoir la maîtriser et avoir la décence de se rendre compte que dans le domaine tout a quasiment été déjà fait. Donc, pourquoi s’entêter à refaire la même chose depuis 4 films. Les mêmes effets prévisibles et ridicules à la longue. Le phénomène du found footage sert ici à masquer la vacuité absolue du script et justifier les nombreuses ellipses absolument outrancières que l’on nous sert à longueur de film.

Car ces dernières finissent par plomber encore plus un film qui n’en demandait déjà pas tant. Affublé d’une sorte d’aura de comédie post adolescentes ou l’on doit subir les moments « Duck Face », les passages à l’esprit American Pie ou le petit ami demande de voir « juste un bout de nichons » sur la webcam et où la finalité même du film se résume à voir une version post apocalyptique de l’adolescence trop courte d’une simili Taylor Swift. Oui ce film est un non-film. Une sorte de mauvaise blague absolue qui démontre à quel point le cinéma de genre est en passe de s’enfoncer et sans retour possible dans les affres du commercial dans ce qu’il a de pire. Désigné pour effrayer la nouvelle génération et lui provoquer des sueurs froides tout en ayant la main dans son portefeuille Paranormal Activity 4 montre à quel point ces producteurs ont sous couvert d’avoir découvert le filon ( ou redonner une seconde vie après le blair witch project…) finit par le dénaturer de la pire façon qui soit. N’appliquant qu’a l’infini et sous des déclinaisons de moins en moins fines ce qui a fait leur heure de gloire, les producteurs du film apparaissent avec cette œuvre définitivement comme des financiers prêts à tout pour ramasser des dollars plus que des artistes dépassant le stade d’un budget ridicule et se dépassant pour accoucher de quelque chose de bien.

Paranormal Activity 4 est tout sauf cela. C’est une parodie de comédie singeant les codes du film d’horreur qui lui-même pensait en être un alors qu’il n’était que Paranormal Activity 1. Certain d’un génie qui a depuis longtemps quitté le navire la fine équipe de production de ce 4e volet mériterait franchement la mort la plus violente qui soit. Ou à la limite un abonnement à un vidéo club pour leur montrer un vrai film d’horreur. Toute une éducation cinématographique à refaire on dirait…Au final Paranormal Activity 4 c’est un peu comme les défunts films érotiques passant sur M6 il y a des années. On regarde cela à défaut d’un vrai porno…ou juste d’un vrai film d’horreur. À fuir…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply