Critiques de films

[Critique] Outcast- Nicolas Cage- Critique du film

Outcast+Movie+Poster+(3)

Quand le film que l’on a l’intention de regarder comporte au casting Nicolas Cage et Hayden Christensen, que nous sommes en 2015 et que l’on connaît la filmographie récente de ces deux acteurs, il ne faut pas s’attendre à des miracles. Nous allons avoir droit à une dérouillée intellectuelle et occulaire. Oui Outcast n’a pas la moindre intention d’être sympathique ou courtois avec ses spectateur. On est ici dans une autre catégorie de relations. Celle qui fait mal. Et dans le domaine Outcast le fait. Inutile de se mentir, le film est un digne successeur en matière de qualité des DTV qui détruisent dernièrement la carrière de Nicolas Cage, je ne vais pas faire mention de celle de Hayden Christensen, car je pense qu’il est d’utilité publique qu’il n’en a plus depuis Star Wars. Outcast est creux, pas forcément bien réalisé et surtout terriblement prévisible. Certains diront qu’il y a pire…il y a toujours pire en effet. Mais est-ce un argument suffisant pour cacher sous le tapis la fragilité de l’ensemble? Non.

outcast6

La question à se poser en découvrant Outcast est la suivante “est-ce que l’idée de voir Nicolas Cage et Hayden Christensen” en combattant badass vous semble crédible? Vu la tendance au cabotinage de Nicolas Cage et celle au monolitisme digne d’un Steven Seagal en matière d’expression d’Hayden Christensen, le film ne fera pas grand-chose pour vous simplifier la tâche. Les caractères opposés des deux personnages auraient pu donner lieu à quelque chose de bien, mais là encore l’utilisation abusive du cliché narratif et le désintéret progressif du scénariste face à cette histoire peut inviter le spectateur à faire de même. La rédemption des uns est la source de sommeil des autres. Et même si Nicolas Cage et Hayden Christensen au travers de personnages aussi creux que possibles font ce qu’ils peuvent pour se racheter des erreurs du passé, difficile d’en avoir quoi que ce soit à faire. Outcast embrasse alors pleinement son statut de DTV comme les autres. Ni plus mauvais, ni meilleur, juste tragiquement comme d’habitude dans ce domaine.

Alors certes, une fois que vous aurez mis de côté ces quelques faits plus ou moins ennuyeux…certains pourront trouver des choses amusantes dans le cabotinage de Nicolas Cage. D’une certaine façon je l’ai envie d’avoir cette force. Non pas que nous soyons en face d’une roue libre digne de Ghost Rider 2, mais nous sommes reconnaissons le encore et toujours très loin des grandes  performances de Nicolas Cage. Christensen comme à sa grande habitude est totalement transparent du début à la fin. Passif et vaguement intéresé, il traverse l’histoire de bout en bout sans éveiller la moindre passion/empathie/inquiétude de notre part. Le tour de force aurait été qu’il provoque dans l’esprit du spectateur au minimum l’une des 3. Mais cela n’est pas le cas. Psychologiquement je n’aurai pas été prêt d’ailleurs à le voir livrer une performance décente…Non au final, le seul intérêt d’Outcast est Nicolas Cage qui cachetonne. Oui, Outcast est mauvais et Cage en est conscient du début à la fin. Alors du coup, il s’en fout et en fait des tonnes. Je ne vais pas dire que l’on se rapproche de l’ultime roue libre que fut Ghost Rider 2, mais nous ne sommes pas non plus sur un long fleuve tranquille.

Du coup et ce je le dis encore, même si Outcast est très loin d’être un bon film, Nicolas Cage de par l’entrain qu’il met à s’amuser à en faire des caisses finit presque sur la fin par rendre l’aventure “sympathique”. Enfin avec l’aide d’un petit coup dans le nez, sinon le risque de troubles de la raison sera sans espoir de retour. A voir ivre, sobre l’envie de casser sa Tv risque de devenir insurmontable.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply