Sortir dans Paris Spectacles

[Critique] Moins 2- Guy Bedos- Théâtre Hébertot

guy-bedos-moins-2-hebertot-01

Deux hommes se réveillent dans une salle de réanimation. Ils ne se connaissent que depuis quelques instants, mais ils ont cette idée folle de fuguer de l’hôpital pour entreprende une promenade des plus insolites, ponctuée de péripéties toujours plus surprenantes…

Il y a des premières rencontres, la mienne avec Guy Bedos en vrai fut donc via cette pièce de Samuel Benchetrit « Moins 2 ». Deux vieillards en stade terminale de cancer se parlent fuguent et se font rattraper par le destin qui aux portes de la mort va leur changer la vie. Le pitch de départ n’a à vrai dire rien de forcément drôle et l’on pourrait faussement se laisser aller à croire que la monotonie sera du voyage. On a tout faux. Pour la simple raison que ce road trip autour de l’hôpital est tout sauf dépressif. La raison tient en deux noms Philippe Magnan et Guy Bedos. Deux gueules que l’on connaît, que l’on aime et qui dès le début du spectacle gagne l’empathie du public de la façon la plus simple, le grand tout mou, mais pas si con et le petit teigneux pour cacher sa sensibilité. Samuel Benchetrit utilise la thématique de la mort imminente comme un élément libérateur pour ses personnages. Transformant des sorties vachardes en des dialogues à double sens macérant dans une mélancolie presque joyeuse. Aussi bizarre que cela paraisse. Car on oublie assez vite justement cette épée de Damoclès flottant au-dessus de leurs têtes. Ne tombant jamais bêtement dans le pathos « Moins 2 » réussit à garder la tête au-dessus de l’eau et à faire rire avec au final quelque chose qui ne l’est pas : la fin de vie et ce que l’on en fait. Partir avec ses regrets ou tenter de partir en paix.

guy-bedos-moins-2-hebertot

Sautant d’un rebondissement à l’autre et de rencontres peu communes en moment de grâce, le duo Philippe Magnan et Guy Bedos étonnent. La force tranquille se degageant des deux acteurs est rafraîchissante. Difficile de ne pas se laisser emporter. L’écriture de Samuel Benchetrit offre la latitude suffisante aux deux acteurs pour exister sans que l’un ne tire la couverture à lui. Complémentaire dans ce road trip dont on connaît la fin, ils rendent le voyage encore plus touchant en s’épaulant, se changeant la vie et en changeant celle de quelques personnes au passage. Que ce soit l’un ou l’autre, Moins 2, leur offre une scène chacun ou en solo ou en duo, ils finissent par littéralement cueillir le public en plein vol. Comment ? En disant du vrai, sans fioritures ni trompettes. Il y a des pièces qui en font trop dans le drame et l’humour sans jamais réussir à trouver un juste milieu, puis il y a celle qui justement arriver a stabilisé le navire. C’est le cas ici. Philippe Magnan et Guy Bedos portent l’ensemble de ce drame à bout de bras et cela marche. Le duo est aussi crédible que les mots et les émotions qu’ils transmettent. Et pour une première rencontre scénique avec Guy Bedos, je garde le souvenir au final terriblement touchant d’un vieux monsieur sur scène terriblement ému et presque les larmes aux yeux en écoutant le public applaudir la pièce en fin de spectacle. Habité par son personnage, il le porte du lever au coucher de rideau sans jamais rien lâcher. Une belle rencontre de théâtre pour une pièce qui l’est tout autant aussi bien sur le fond que la forme.

Plus d’informations

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply