Critiques de films

[Critique] Les 3 mousquetaires – Paul Ws Anderson – Critique du film

L’impétueux jeune d’Artagnan et ses trois légendaires compagnons, Athos, Porthos et Aramis vont devoir s’unir et combattre tous ensemble un mystérieux agent double, Mylady de Winter et son employeur crapuleux, le cardinal Richelieu, afin de les empêcher de s’emparer du trône français et d’éviter que l’Europe tout entière sombre dans la guerre.

Nouvelle adaptation en 3-D du roman « Les Trois mousquetaires » d’Alexandre Dumas…Parfois, il y a des projets que l’on pense voir se diriger directement sur l’autoroute de la damnation. Les 3 mousquetaires en faisait parti. Il est vrai que le pedigree de Paul WS Anderson ne m’inspire plus vraiment confiance depuis longtemps. Alors autant être honnête je n’attendais rien de ce film, la simple vision de la bande-annonce avait fini de me convaincre qu’en effet ce film allait être un ovni absolument ridicule violant le mythe des 3 mousquetaires de part en part. Ce que d’une certaine façon il fait, mais sans pourtant se départir d’un certain charme. Oui cette mise à jour de l’histoire des mousquetaires fera hurler les puristes, mais en même temps si l’on excepte les faiblesses du script et le manque de fougue dans certaines séquences d’actions ( pas si nombreuses), il faut bien reconnaître que sur plein d’autres points, sans être un chef-d’œuvre, le film s’avère assez drôle.

Le meilleur atout du film est son casting. Chacun des rôles s’avère relativement bien attribué et l’on sent l’alchimie entre les membres de cette équipe pour le moins anachronique. Cela aide aussi à faire passer le choix pour le moins déconcertant d’avoir fait quasiment de cette équipe une sorte de précurseur de mission impossible mélanger avec l’agence tout risque et des James Bond d’avant l’heure. On grince des dents au début, puis bizarrement on se laisse prendre par le côté jusqu’au boutiste du n’importe quoi. Que ce soit Aramis, sorte de Jedi à la classe folle, Milady la reine de la cascade et de la propulsion sans élan, Athos l’homme à la voix la plus classe du monde ou Porthos la brute au grand cœur…tout passe. Alors oui, cela ne fera pas forcément passer sous silence les autres carences du film ( scénario faiblard, manque de folie dans certaines séquences d’actions), mais loin d’un Resident Evil ou autres Anderson réussit à mettre en place un divertissement bateau, mais assez efficace sur certains points.

Relecture complète du mythe en tentant de parler au plus jeune, le film est là principalement pour poser les bases d’une éventuelle saga. Il n’est pas forcément question de grandes quête ou autres, mais même si le scénario ne m’a pas transcendé, je dois bien reconnaître que grâce au casting plutôt bon (même pour Orlando Bloom qui cabotine a mort…) j’aurai presque plaisir à revenir pour un second épisode. Logan Lerman, loin de son rôle fadasse de Percy Jackson, réussit à donner vie à un D’artagnan aussi arrogant et casse-cou que sympathiques. On se prend à croire que derrière cette tête de premier de la classe réside un bon acteur en devenir. Il fait avec ce que le scénario lui laisse comme lattitude, mais le résultat se révèle plutôt sympathique. Le film est avant tout axé sur un public très jeune, sans pour autant sacrifier aux codes en vigueur à Hollywood, ce qui en soit est une plutôt bonne chose. On n’en ressort pas forcément en pâmoison devant la mise en scène de Paul Ws Anderson, mais l’on ne passe pas non plus vraiment un mauvais moment. L’un dans l’autre à part le prix des lunettes 3d ( qui une fois de plus dans le film ne sert à rien), on ne fait pas une trop mauvaise affaire.

Totalement anecdotique et pourtant très distrayante grâce à un très bon casting qui s’amuse et s’en donne à cœur joie dans un cabotinage communicatif, cette version 2011 des trois mousquetaires réussit à garder la tête hors de l’eau. Attendons de voir si la suite qui s’augure à l’horizon améliorera le niveau ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais en attendant ce premier volet s’en sort plutôt bien dans le domaine du divertissement aussi classique que sympathique.

No Comments

Leave a Reply