Critiques de films Films Européens

[Critique] Le tout nouveau testament de Jaco Van Dormael

le-tout-nouveau-testament

Et si dieu était un salaud, horrible aigri et alcoolique terrorisant sa femme et battant sa fille ? Le parti pris de départ de Jaco Van Dormael pour le tout Nouveau Testament est pour le moins casse-gueule, mais bizarrement cela ne s’écrase justement jamais. Pour la simple et bonne raison qu’en quelque sorte, le tout Nouveau Testament est, un Love Actually évangélique gentiment trash et complètement poétique autour de cette histoire que l’on connaît a priori en long en large et en travers. Le parallèle avec Love Actually semble un peu tiré par les cheveux, mais tout comme dans ce film, le tout Nouveau Testament de Jaco Van Dormael s’amuse à croiser des paquets d’histoires qui à l’unité auraient pu donner naissance à un film. Cela donne un ensemble parfois hétéroclite, souvent drôle et totalement barré. C’est d’ailleurs ce qui fait le charme de ce film.

Le tout Nouveau Testament de Jaco Van Dormael est un Ovni, le genre de ceux qui ne cherchent même plus à vouloir se faire définir correctement tant il complique la tâche aux spectateurs. Mais d’une certaine façon, cela fait partie du jeu. Comment d’ailleurs ne pas tomber sous le charme d’un film où Dieu et sa femme sont Benoît Poelvoorde et Yolande Moreau. Une version Bidochon des Deschiens avec un Benoît Poelvoorde qui s’en donne à cœur joie pour écorner l’image divine. Le tout Nouveau Testament de Jaco Van Dormael reste avant tout une comédie, mais via cette dernière le réalisateur et surtout au travers du personnage de la fille de Dieu, adorable gamine désireuse de faire aussi bien que son frère JC en trouvant ses apôtres à elle va foutre un gigantesque bordel sur Terre. Comment contrôler les humains, lorsque ces derniers ont désormais conscience de leur propre mort vu qu’ils en connaissent la date. Le film se construit au travers de ce quiproquo permettant ainsi à la fille de Dieu d’explorer Bruxelles à la recherche de ses six apôtres à elles. En complément des 12 de son frère, cela en fera 18…un peu comme une équipe de Base-ball et non plus de Hockey. Source de débats et contradictions entre le père et la mère, l’un fan de hockey et elle de Base-ball.

le-tout-nouveau-testament-jaco-van-dormael

Et c’est justement dans cette quête des apôtres que le film développe une mélancolie et une certaine forme de poésie assez belle. D’un françois Damiens tombant amoureux de sa victime, d’un gamin condamné par la bêtise ultraprotectrice de sa mère ou encore d’une catherine Deneuve tombant amoureuse d’un gorille, le tout Nouveau Testament galope d’un extrême à l’autre. Irrévérencieux sans pourtant jamais en devenir totalement trash, le film de Jaco Van Dormael est une comédie définitivement jouissive. La performance de Benoît Poelvoorde dans ce rôle d’un Dieu désabusé, qui au final ne sait rien faire d’autre que souffrir ses créations est assez jouissive. Odieux jusqu’à la moelle son personnage est l’antithèse de l’image divine que l’on peut avoir du personnage. Famille complètement pourrie jusqu’à l’os, la « Modern Family » Divine n’est pas si éloignée de tant d’autres que l’on peut rencontrer ici et là. À la fois charge sociale et travail de déconstruction potache des préceptes catholiques, le tout Nouveau Testament n’oublie jamais pour autant de faire rêver. Embranchement de saynètes qui au demeurant ne devraient pas fonctionner les unes avec les autres, le tout Nouveau Testament réussit pourtant à faire en sorte que ce château de cartes improbable reste solide du début à la fin.

Que retenir de ce film ? Benoît Poelvoorde surement que l’on n’avait pas vu aussi délicieusement abjecte depuis longtemps, une poésie à fleur de peau, un humour aussi particulier que pourtant parfait. Le tout Nouveau Testament de Jaco Van Dormael n’est pas un plat comme les autres, cela demande un peu de temps pour s’y habituer, mais une fois que l’on passe les premières appréhensions, il faut bien reconnaître que c’est assez savoureux et drôle. Une bonne surprise.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply