Critiques de films

[Critique] La Vie rêvée de Walter Mitty- Ben Stiller- Critique du film

Walter Mitty est un homme ordinaire, enfermé dans son quotidien, qui n’ose s’évader qu’à travers des rêves à la fois drôles et extravagants. Mais confronté à une difficulté dans sa vie professionnelle, Walter doit trouver le courage de passer à l’action dans le monde réel. Il embarque alors dans un périple incroyable, pour vivre une aventure bien plus riche que tout ce qu’il aurait pu imaginer jusqu’ici. Et qui devrait changer sa vie à jamais. 

La chose la plus improbable et agréable qui soit avec un film est que ce dernier réussisse à vous faire rêver et réfléchir sur vous-même. On se projette dans l’histoire irréelle du personnage qui se dresse devant nous et l’on fait ce pour quoi on était venu voir le film : on s’évade. Walter Mitty rentre dans cette catégorie, celle des films qui dès la fin du générique vous donne une seule et unique envie, celle de foutre le camp pour aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. On peut dire ce que l’on veut sur le Ben Stiller acteur de comédie déjanté, ce n’est rien en comparaison de l’immense réalisateur en devenir qui se cache derrière le créateur de ce Walter Mitty. Mature, mélancolique, diablement poétique le film de Ben Stiller réussit un véritable tour de force, celui de voir Ben Stiller rester fidèle à ses racines comiques en offrant au spectateur quelques séquences complètements folles, mais aussi de le surprendre et le cueillir a plus d’une reprise au niveau émotionnel. Ce n’est pas forcément ce que j’attendais de lui et du moins pas de cette façon et pourtant le résultat est là. La finesse de ton, l’émotion et l’humour qui composent le cœur de ce Walter Mitty lui donnent une aura toute particulière. Celle des grands films !

ben-stiller-walter-mitty

S’évader, rêver, dépasser ses peurs et aller plus loin que la limite que l’on s’impose dans notre petite existence, voilà quelque un des thèmes que le film aborde en les « travestissant » dans un véritable déluge de créativité. Ben Stiller est un homme étonnant, car totalement multi facettes et ce Walter Mitty en est le plus bel exemple qui soit. La presse « papier » vivant des heures sombres avec l’avènement du tout numérique couplé à l’image d’antan que l’on se fait du baroudeur photographe, il est évident que Ben Stiller avait en main un sujet en or pour créer quelque chose de différent et c’est exactement ce qu’il réussit à faire. Mélancolique, émouvant, drôle, le spectre des émotions qu’il balaye au travers de son histoire est massif et jamais, même s’il se permet les plus belles sorties de routes possible, le film ne perd de vue le fait de rester humain du début à la fin. C’est même d’ailleurs ce qui donne à ce dernier sa force si particulière. Loin des comédies qui ont fait son succès, Ben Stiller livre ici une performance le rapprochant de Jim Carrey. Les deux personnages/acteurs sont assez proches. On a souvent bien trop tendance à ne voir en eux que des amuseurs publics alors qu’en dessous de la ligne de flottaison se cache autre chose. Doux rêveur que le monde où il évolue n’épargne pas, le personnage de Walter Mitty est un monsieur tout le monde que Ben Stiller habite comme un gant.

On retrouve en lui ce désir d’ailleurs qui dans le fond nous envahit plus ou moins. Certains le vivent a 100% d’autres s’assoient dessus pour manger les pissenlits par la racine en attendant que des jours meilleurs arrivent. Ceux dont on sait très bien qu’ils ne viendront jamais, mais dont on s’est résolus à ne pas voir la concrétisation dans nos vies. Puis arrive l’élément déclencheur, ce je ne sais quoi qui fait sortir votre locomotive des rails ennuyeux de votre existence. Dans le cas du film, ce bug se nomme Sean Penn. Lunaire, impérial et tout en finesse, il est le coup de pied au cul que Mitty attendait pour enfin devenir l’homme qu’il a toujours voulu être. Le monde ne se limitant pas aux 4 murs de son bureau, il découvre enfin qu’il peut vivre sa vie autrement qu’au travers des photos de Sean Penn, il peut en partie être lui en acceptant de sortir de sa zone de confort. La quête qui se déroule alors sous nos yeux aux 4 coins du monde donne au film un souffle « magique » et barré qui le sépare de la masse classique de ce qu’Hollywood nous offre en pâture. Film d’auteur, mixant certains aspects commerciaux pour ne pas effrayer trop le chaland, Walter Mitty est un produit hybride et diablement charmeur.

Au final, ce Walter Mitty de Ben Stiller est une carte géante menant pour tout à chacun, vers ce petit lieu que l’on n’explore pas assez souvent, la boite où l’on range ses rêves et ses ambitions au profit d’une vie au final foutrement banale. Le genre de celle où l’on ne fait pas de vagues. Walter Mitty montre de la façon la plus éclatante qui soit qu’au-delà d’être un acteur brillant, Ben Stiller est aussi un réalisateur talentueux au possible. Gros coup de cœur.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply