Critiques de films

[Critique] Justice League : The Flashpoint Paradox- Critique du film

Justice League : The Flashpoint Paradox est un objet un poil « paradoxal » pour paraphraser son titre. Oscillant entre brillant et bordélique à souhait, la nouvelle production DC Animations étonne malgré tout bien souvent. Centré sur la Justice League et plus principalement sur le personnage de « Flash » le film explore une donnée assez fascinante que les américains résument souvent par « What if ? ». Que se passerait-il si l’espace d’un instant Flash se retrouvait dans une réalité alternative où Aquaman et Wonder Woman se livrent une guerre sans merci détruisant au passage la terre. Un monde où Bruce Wayne est mort, mais que le Batman existe toujours…sous les traits de son père qui ce soir là lui a survécu dans l’allée…Mais surtout un univers où les États-Unis ont maintenu prisonnier Superman depuis son crash sur Terre pour en faire un rat de laboratoire. Mélangeant avec une foule de guests et la mise en avant intelligente et attachante du personnage de « Flash », il faut bien reconnaître que le film à malgré tout beaucoup de points positifs. Je garde pourtant une certaine mesure à cause de son noyau narratif central. Opposant Flash et son double maléfique hawne aka le Reverse Flash doublé par C. Thomas Howell, le film commet son premier faux pas. Celui de vouloir trop en dire, en trop peu de temps. Doté d’une durée inférieure à 90 minutes, le film ne lésine pas sur les moments de bravoures, bien souvent au détriment de l’intrigue principale entre Flash et Thawne. Ce qui du coup rend difficilement compréhensibles certains des tenants et aboutissants de cette conspiration. La chose est en quelque sorte aggravée par l’incroyable nombre de caméos de personnages de premier ou second plan. En clair, Justice League : The Flashpoint Paradox sur ses fondations n’est pas véritablement ouvert au grand public. C’est ce qui le rend aussi fragile d’une certaine façon.

Passant à côté de son potentiel narratif, le film rattrape cette erreur en mettant le paquet sur le spectaculaire et c’est ici qu’il montre sa force. L’action qui se construit autour de la base narrative du film tire magnifiquement (enfin pas totalement…) des différents protagonistes et occasions de briller qui se dessine devant nos yeux. On retiendra les deux axes les plus intéressants du film à savoir, le Clark à moitié fou et découvrant un monde qui le considère comme un monstre depuis son arrivée…et surtout l’histoire de Thomas Wayne. En inversant les rôles et en montrant l’histoire du père de Bruce Wayne, surmontant la douleur d’avoir perdu son fils, le film touche du doigt quelque chose de nettement plus intéressant que la moyenne. Que ce soit dans la relation père fils de substitution s’établissant entre Wayne et Flash ou bien dans la noirceur absolue du personnage de Batman version Thomas Wayne. Alcoolique, suicidaire et totalement nihiliste, on est très loin de l’image juste ténébreuse que « notre monde » connaît de ce héros. Et c’est dans ce changement que naît en quelque sorte l’intérêt de la chose. Pris sur une production en deux ou trois parties prenant le temps de développer la multitude d’axes le composant Justice League : The Flashpoint Paradox, avait de quoi être grandiose. Mais malheureusement pris sous le format actuel, le film tire à blanc pendant certaines parties du combat pour aussitôt sortir la grosse artillerie dans les minutes qui suivent. Une sorte de danse incessante entre l’ombre et la lumière. Victime de son format Direct To Video, Justice League : The Flashpoint Paradox lui concède du coup certaines de ses ambitions.

Ce que DC n’a pas gagné sur le terrain de la lutte en salle avec son équipe de super héros maison, elle tente de le remporter dans le domaine de l’animation. La chose ne se fait pas forcément sans laisser de traces et même si dans le fond Justice League : The Flashpoint Paradox est plus un gigantesque exercice de style touchant du doigt d’énormes promesses qu’un vrai film, il n’en demeure pas moins un excellent spectacle. Reste en bout de course l’espoir qu’un jour DC osera mettre certains de ces thèmes en images live et non pas seulement via le biais de l’animation. Wait and see…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply