Critiques de films

[Critique] Il n’est jamais trop tard – Tom Hanks – Critique du film

Synopsis : Fraîchement licencié d’un poste qu’il occupait depuis des années, Larry Crowne décide de s’inscrire à l’Université pour reprendre ses études. Ce changement de vie professionnelle prend une tournure plus personnelle lorsqu’il tombe sous le charme de son professeur d’expression orale, Mme Tainot. Belle, cynique, désabusée par le niveau affligeant de ses étudiants et déçue par son mariage, elle est également à un tournant de sa vie… Auront-ils droit à une seconde chance ? Ce qu’il y a de bien quand on est un acteur comme Tom Hanks est que l’on peut tout se permettre et si ce tout consiste à réaliser une petite comédie , rien ne l’empêche vraiment. Il a le pouvoir, les connexions et l’argent. Résultat des courses « Il n’est jamais trop tard » sort de l’ombre et devient une réalité. Le film n’a pas été un énorme succès et pourtant c’est assez dommage, car au final, cette nouvelle réalisation de Tom Hanks se révèle fort sympathique.

À mi-chemin entre la comédie sociale et la comédie romantique ne tombant pas dans les gros travers de ce domaine « il n’est jamais trop tard » réussit un pari qu’on pensait perdu d’avance : celui de divertir et pas qu’un peu. Avec l’aide de son amie Julia Roberts avec qui il forme un duo excessivement sympathique. Le film de Tom Hanks joue sur la corde sociale d’une Amérique assez mal en point pour rendre d’emblée son personnage assez sympathique. Un peu comme les personnages de Capra à l’époque, il met ici en scène un héros « modèle », le monsieur tout le monde dans lequel, l’américain moyen actuel se retrouvera. Ce n’est pas un choix forcément idiot. Cela ancre bien le film dans une réalité qui nous touche et au-delà du pays de l’oncle Sam, le personnage en lui-même est suffisamment sympathique/touchant/réaliste pour que l’on s’y retrouve quelque soit son pays d’origine. Tom Hanks d’ailleurs dans le rôle de Larry Crowne s’amuse comme un enfant. Sans jamais trop cabotiner, il offre à son personnage une palette d’émotions suffisante pour que le voyage que l’on fait avec lui soit agréable et pas soporifique.

Il n’est jamais trop tard sous couvert d’une comédie sociale est aussi une comédie romantique au demeurant assez fine. Elle effleure le sujet sans jamais plonger à pieds joints dedans et dans l’ensemble cela lui réussit plutôt bien. Hanks et Roberts vieillissent c’est un fait, et du coup cela oblige à aborder l’angle romantique d’une autre façon. Chose que Hanks fait ici assez bien. Grand ado qui redécouvre les joies d’une adolescence qu’il n’a pas eue pour Hanks et femme marié à la dérive retrouvant une envie de vivre pour Roberts, le tout aurait pu tomber dans le mollasson ou cliché, mais ce n’est pas le cas. Avec parcimonies Hanks joue sur différents tableaux, on se laisse du coup emporter dans ce petit film sans trop se poser de questions. C’est peut-être là que certains sortiront le carton rouge. Le film manque peut-être d’épaisseur. Le fond social de l’histoire reflétant bien la position des petites gens dans l’Amérique d’aujourd’hui est assez intéressant et propice à créer une bonne histoire. Mais c’est aussi un atout un peu casse-gueule qui aurait pu plomber le film définitivement en le faisant rentrer dans un terrain « politique » qui en bout de course n’aurait pas forcément rendu service à l’histoire. C’est en mettant en place cette alchimie si particulière, entre romantismes, réalisme et comédie légère que Hanks réussit son coup. Même s’il prive en partie du coup d’être vraiment  mémorable sur le long terme. Divertissante et légère, l’affaire est pourtant loin d’être ratée.

Dans la jungle des comédies qui ont recours à des gags lourds et pénibles pour remplir le cahier des charges, Hanks nous propose au contraire de la légèreté et de la finesse. Le mélange ne prendra pas sur tout le monde, mais si vous faites l’effort de laisser un peu tomber la garde, le charme de ce petit film finira de vous convaincre. Inoffensif et pas forcément mémorable certes, mais doté d’un casting parfait et d’une forte dose de sympathie ; « il n’est jamais trop tard » donne le sourire. C’est au final le principal et bien plus satisfaisant que prévu.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply