Critiques de films

[Critique] Identité Secrète- Taylor Lautner – Critique du film

Nathan Harper a toujours éprouvé la désagréable impression de mener une vie qui n’est pas la sienne. Lorsqu’il tombe par hasard sur une photo de lui, enfant, sur un site de personnes disparues, ses peurs les plus sombres deviennent brusquement réalité. Ses parents ne sont pas les siens, sa vie n’est qu’un mensonge soigneusement fabriqué pour cacher une vérité aussi mystérieuse que dangereuse… Alors qu’il commence à rassembler les pièces du puzzle, Nathan est pris pour cible par des tueurs. Il est obligé de fuir en compagnie de la seule personne en qui il ait confiance, sa voisine, Karen. Tandis que les deux jeunes gens s’efforcent d’échapper à une armée de tueurs et d’agents gouvernementaux, Nathan réalise que sa seule chance de survivre – et de résoudre le mystère de sa véritable identité – est d’affronter la situation à sa façon…Taylor Lautner au-delà d’un acteur est un concept marketing. Le genre de ceux qui permettent dès qu’une carence dans le script pointe le bout de son nez de sortir la solution miracle : lui faire enlever sa chemise. Oui cela fonctionne presque pour tout et du coup le public féminin se met à hurler de plaisir en voyant le spectacle. Le hic est que pour le reste de l’humanité cela ne fait que rendre encore plus apparent les défauts majeurs qui sont légions dans chacun des films où il apparaît. Dernier en date : Abduction, sorte de Jason Bourne pour teenagers, la complexité du script et le brio de la réalisation en moins. Oui difficile de trouver quoi que ce soit de bon à l’intérieur de ce produit marketing aussi inodore que basique.

Le premier détail qui exaspère dans ce film est la platitude de la réalisation. Il est loin le temps où John Singleton était capable de surprendre. Ici, n’attendez pas la moindre surprise en regardant ce film. Car cette dernière ne viendra jamais. Oui, il s’agit d’un cas classique de film où le réalisateur est en pilotage automatique absolu. Les scènes d’actions assez peu nombreuses et impressionnantes sont mises en scène de façon correcte, mais jamais ne suffisaient pour déclencher le moindre éclat d’intérêt dans les yeux du spectateur. On a déjà vu cent fois la moindre des fusillades, explosions et poursuites en voitures ayant lieu dans le film. Mais encore cela pourrait passer si d’un côté le scénario du film avait suffisamment de saveur pour tenir le spectateur en haleine…Malheureusement là non plus ce n’est pas le cas. Mélangeant espionnage et dilemme inhérent au statut d’écolier américain, le film part un peu dans tous les sens tentant malgré tout de se rattraper aux branches sans jamais vraiment y arriver. Encore une fois on se retrouve devant le syndrome pilote de série Tv tentant de se faire passer pour un film. Vous savez ces productions qui étaient faites pour durer 45 minutes et que l’on fait semblant de faire vivre artificiellement pendant deux heures. Abduction est l’une d’elles.

Mais au-delà de la mauvaise réalisation et du script sans intérêt, la pire chose ayant la bonne idée de s’écraser contre le film, reste Taylor Lautner lui-même. Certes le gamin est capable de prouesses physiques et de faire une grande partie de ses cascades lui-même, mais dieu qu’il est aussi inexpressif qu’une version ado de Steve Seagal. Rien ne sort de son visage et pire encore dès qu’il tente de faire l’acteur, la seule chose sortant de votre corps sera un énorme éclat de rire. Il a ce que l’on peut appeler une incapacité chronique à transmettre de l’émotion. Je pense d’ailleurs qu’il est un cyborg à qui l’on aurait enlevé la moindre parcelle d’émotions avant de le lâcher dans la jungle d’Hollywood. Dommage pour le film, car à plus d’une reprise le film tente de lui ménager des zones où il pourrait montrer qu’il n’est pas qu’un physique…mais en faisant cela le film se tire encore plus de balles dans le pied que l’intégralité des chargeurs vidés par des GI’S pendant l’opération « Tempête du désert ». Oui de bout en bout Abduction de son calamiteux premier rôle, jusqu’à son méchant en carton ou Sigourney Weaver payant ses impôts est une petite catastrophe sur pattes. Le genre de film diablement mal foutu qui continue pourtant de sortir sur les écrans année après année. Sans que l’on trouve le moyen de les arrêter. Vivement le remède…

No Comments

Leave a Reply