Critiques de films

[Critique] Elle s’appelle Ruby- Jonathan Dayton- Critique du film

Elle s’appelle Ruby est un délicat ovni pas forcément novateur sur les tourments que peut éprouver un auteur face a sa création, surtout si comme dans le cas présent cette dernière prend vie et envahie chaque cm2 de son esprit et de sa vie. Qu’en est-il alors du combat ou jeu de la séduction qui s’instaure entre l’écrivain et sa créature? C’est sur ce postulat de départ que repose ce petit film à la fois comique,romantique et au final assez profondément humain, et ce, en grande partie grâce à Zoe kazan. Est-ce que pour autant cela suffira à rendre l’ensemble quasi parfait? Pas vraiment, mais l’on en est pas loin du tout.Seule face a sa page blanche,on s’imagine beaucoup de choses quand on en vient à créer, on extrapole sur le potentiel de ce qui sort de notre cerveau, est ce que cela sera crédible ou à défaut capable de faire rêver ses lecteurs? Tous les auteurs se la posent plus ou moins accompagner du doute si classique de savoir si dans le fond cette histoire changera quelque chose a leur vie.

La fine différence qui existe entre l’alimentaire et la chose que l’on écrit avec ses tripes fait souvent toute la différence, la plupart du temps en donnant naissance à des personnages qui bien que prenant leurs origines sur du papier finissent par être bien plus humain que nous. Naviguant sans cesse entre drama, comédie romantique légère et film fantastique pas forcément assumé le tout navigue sans cesse d’un extrême à l’autre sans pour autant se perdre en route et c’est l’une des plus grandes forces du film. Mais la plus indéniable reste Zoe Kazan elle-même et l’énergie un peu folle qu’elle donne a son personnage. Prit entre le feu de la vie qu’on lui crée et les sentiments qu’elle développe en vivant parfois trop pleinement cette dernière, difficile de ne pas tomber sous le charme de cette jeune actrice au talent aussi intense que le charme désuet qu’elle dégage. Le film est d’ailleurs à son image et cela se ressent jusque dans les racines narratives de l’histoire qu’elle développe avec l’écrivain. Impossible de juger négativement ce dernier d’ailleurs quand on se met à regarder rétrospectivement ses actes dans le film. Ivre du nouveau pouvoir qu’il détient au gré de ses mots’ il commet toutes les erreurs possibles,pervertissant au gré de ses faux pas ce qui était aussi pure que beau.au démarrage.

Et c’est ici que le film prend une autre tournure plus Dark mettant en avant le personnage de Ruby comme le catalyseur de toutes les choses que cet auteur n’a jamais eu le courage de faire. S’assumer dans sa vie de tous les jours’ que ce soit au niveau sentimental ou juste familiale, grandir. Duo improbable, Ruby se retrouve dépositaire de beaucoup des forces qu’il n’ a pas et cherche a avoir, femme indépendante et pleine de vie, elle lui ouvre des portes, vers cette ailleurs qu’il recherche depuis si longtemps. Et dès que la situation lui échappe des doigts,il la recadre en muselant sa muse. Il s’enferme dans sn illusion de bonheur avec sa créature incapable de se rendre compte que c’est en abandonnant cette illusion qu’il pourra enfin commencer sa propre vie.

C’est sur ce point final en particulier que le film finit d’achever son parcours quasi sans fautes, renvoyant les auteurs dans les cordes de la thérapie pure et obligée de se confronter a tout ce que sous couvert de la soi-disant imagination, ils ont mis d’eux même dans ces histoires qu’ils créent pour le public. La frontière entre thérapie à ciel ouvert et impudeur mal contrôlée est parfois très fine, n’importe quel auteur s’y retrouve plus ou moins confronté un jour où l’autre, la question est de savoir comment ils s’en sortent c’est ici tout ce qui fait le charme de ce film. Réussir à évoluer pour réussir à continuer de créer implique souvent de réussir a se comprendre soit même, ce qui n’est pas la chose la’plus simple qui soit. Fragile, touchante et pleine de petits défauts qui font tout son charme, elle s’appelle ruby charme d’un bout à l’autre. Joli coup!

No Comments

Leave a Reply