Critiques de films

[Critique] Dragons 2-Dean DeBlois-Critique du film

Tandis qu’Astrid, Rustik et le reste de la bande se défient durant des courses sportives de dragons devenues populaires sur l’île, notre duo désormais inséparable parcourt les cieux, à la découverte de territoires inconnus et de nouveaux mondes. Au cours de l’une de leurs aventures, ils découvrent une grotte secrète qui abrite des centaines de dragons sauvages, dont le mystérieux Dragon Rider. Les deux amis se retrouvent alors au centre d’une lutte visant à maintenir la paix. Harold et Krokmou vont se battre pour défendre leurs valeurs et préserver le destin des hommes et des dragons.

Il existe des films qui l’espace de 2h réussissent sans le moindre mal à faire ce que l’on attend d’eux et parfois bien plus. Ils vous font rêver, pleurer, sourire et j’en passe et des meilleures. Dans le domaine, Dragons 1 avait été un très bon élève, Dragons 2 décide tout simplement de littéralement remettre toutes les pendules à l’heure en prenant le meilleur du 1er et en le multipliant par 10. Que ce soit dans le domaine de la réalisation, l’émotion ou la technique, il n’y a pas un seul domaine qui est mis de côté ou pris à la légère. Dragons 2 fait effectivement partie de ces rares suites qui surpassent en tout point l’original. La plus hallucinante vient déjà dans le domaine de la gestion de la 3D. La précision de l’animation, mais surtout son rendu dans certains plans amène le spectateur à vivre une expérience plus ou moins bluffante. L’impression d’être à côté d’Harold et Krokmou pendant les séances de vols est tout simplement bluffante. Et c’est une avancée technologique qui ne s’avère pas être là uniquement pour être un somptueux gadget.

Agissant comme amplificateur d’émotions, cette 3d mise au service de l’imagination de la production crée un véritable portail vers une sorte de quintessence du plaisir de cinéphile. Dragons 2 a pour but de faire rêver et cela il le fait sans mal et non sans classe. La moindre parcelle de décors du film ou d’idées animant le character design des personnages atomisent avec force une bonne partie de la concurrence. Mais le point majeur ou Dragons 2 joue sa plus grosse carte réside dans la relation animant les deux héros. Allégorie sur le passage à l’age adulte et les choix et devoirs inhérents à cette « épreuve », le film ajoute à ce qui aurait pu être un blockbuster pour ados comme un autre, une véritable surcouche plus fine que prévu. Le film a du fond et du cœur. La famille étant un thême central de l’histoire, celle-ci se voit offrir un écrin de développement assez splendide. Continuité parfaite du 1er film, le scénario évite la redite pour aller là où l’on espérait en savoir plus. Développer sans répéter et se lasser, un petit challenge stimulant quand on est dans la chaise d’un réalisateur.

Mais au-delà de ces succès, le vrai point fort du film réside dans son héros Krokmou (Toothless en anglais). Né de l’imagination de Chris Sanders ( père de Stitch, dont Krokmou est assez proche en termes de caractères…), l’évolution offerte au personnage lui permet de devenir ce que l’on attendait de lui : un leader. Dans un mimétisme impressionnant où les destins d’Harold et Krokmou se croisent, les caractères de ces deux « frères » passent par tous les stades des émotions que l’on peut attendre d’une histoire à la fois aussi épique qu’intimiste dans sa façon de traiter le passage à l’âge adulte. Dragons 2 est donc en quelque sorte un ovni flamboyant dans le domaine de l’animation à Hollywood. Royaume assez particulier où les impératifs financiers phagocytent souvent la donne artistique. Il n’en est rien ici. Sans jamais oublier sa nature filmique et l’industrie qui la régit, Dragons 2 construit son univers et celui de ses personnages sur des fondations solides et diablement humaines. Cela se regarde avec des yeux d’enfants mêmes si l’on est adulte et la plus grande réussite de l’entreprise est qu’une fois la projection finie, on a qu’une envie repartir pour de nouvelles aventures. Une brillante réussite dans le domaine !

No Comments

Leave a Reply