Critiques de films Films américains

[Critique] Draft Day- Ivan Reitman- Critique du film

Faire un film sur le football américain sans perdre le spectateur étranger en route a quelque chose de particulièrement dangereux. Peu y arrivent correctement. Ce sport est beaucoup trop technique pour un béotien comme moi. Pourtant et Oliver Stone peut en témoigner, cela n’empêche en rien de faire un film diablement sympathique. Surtout comme quand devant la caméra, on a un vieux briscard comme Kevin Costner. Lui et Ivan Reitman ne signent pas forcément le plus grand film de l’année, mais loin d’être honteux « Draft Day » se regarde sans le moindre déplaisir.

Pris entre deux feux, celui de plaire aux spectateurs US fans de foot et aux autres désirant juste passer du bon temps, le film navigue sans cesse d’un extrême à l’autre. Le tout parfois au risque de perdre tout le monde en route. Le film peut en effet être frustrant si l’on attend un Oliver Stone Bis, car techniquement, il n’y a pas de foot…mais que de la négociation. Oui, tout est dans le titre en même temps. C’est justement en inversant la tendance et les attentes du public qu’Ivan Reitman livre une comédie humaine au final assez retorse. Une sorte d’Ocean Eleven dans le monde du football américain. Le draft Day, même si je doute que cela se passe ainsi dans la vérité, n’a rien d’une partie pour enfants de choeurs. Les coups bas sont la base et la gentillesse est une faiblesse. Pas forcément le meilleur endroit pour se retrouver quand on a un genou à terre, une situation amoureuse qu’on ne maitrise plus. Kevin Costner n’a jamais été aussi à l’aise que dans le genre de rôle qu’il incarne ici. Une sorte de Clint Eastwood en plus jeune. Mal à l’aise avec les sentiments, taciturne et retors  à souhait quand il le faut. Économe sur les mots, mais pas forcément incapable de laisser la porte ouverte aux sentiments quand il le faut, Kevin Costner se répète un peu…mais il le fait bien donc cela passe.

super-bowl-spot-for-kevin-costners-draft-day

Ivan Reitman avec Draft Day réussit un pari assez drôle dans l’ensemble. Celui de faire un film sur le football américain où l’on ne voit jamais une seule partie…de football américain. Retourner la tendance et rester dans l’ombre, dans les coulisses, là où coulent l’argent et les coups tordus. Le pari était casse-gueule, le résultat au final est pourtant des plus satisfaisants. s’entourant d’un casting de gueules en second rôles, tout comme d’une Jennifer Garner toujours aussi délicieuse de simplicité, Ivan Reitman réussit à offrir à Draft Day un certain équilibre, et ce, du début à la fin. Même si le point de départ n’a rien d’universel ( le football américain n’est pas la chose la plus vendeuse et sexy qui soit en dehors des frontières de l’oncle Sam…), on ne s’ennuie jamais véritablement devant Draft Day. La ‘faute” a Kevin Costner qui porte le film d’un bout à l’autre sans jamais se départir de l’aura de cool qu’on lui connaît.

Mais est-ce que cela sera suffisant pour convaincre un public en dehors des frontières américaines? J’ai un doute. De par sa nature, son look et sa cible, le film vise clairement un public de niche. De commercial dans l’âme, il devient pourtant faussement “élitiste” dans la forme et c’est là que réside sa plus grosse faiblesse. Le film ne démocratise en rien ce sport et ses règles bien souvent obscures. Il prend au contraire le parti de dire que vous les connaissez et que d’emblée le voyage sera une partie de plaisir pour vous. Certains slalomeront dans le terrain piégé que représente la structure narrative et d’autres abandonneront en plein milieu. Je ne peux pas forcément les blâmer et le bide du film chez l’oncle Sam démontre que personne n’est prophète même dans son propre pays. Objet imparfait et pourtant attachant, le film d’Ivan Reitman ne mérite pas forcément les critiques qu’il a eu pendant sa courte exploitation. Cela se regarde sans déplaisir particulier même si rien n’est fait pour vous donner de vous perdre encore plus dans les confins de ce sport et ses règles fumeuses. Un film du dimanche…

No Comments

Leave a Reply