Critiques de films Films américains

[Critique] Divergente 2: l’insurrection- Critique du film

Dans un monde post-apocalyptique où la société a été réorganisée autour de 5 factions (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères et Fraternels), Tris a mis au jour un complot mené par la faction dominante, les Érudits, dirigés par Jeanine. Abandonnant une ville à feu et à sang, à la recherche d’alliés, Tris et Quatre sont désormais traqués par les autorités. Jeanine décrète la loi martiale pour anéantir les Divergents, tandis que la guerre entre les factions prend de l’ampleur. Pourquoi les Divergents sont-ils une menace pour la société ? La découverte d’un objet mystérieux, hérité du passé, pourrait bien bouleverser l’équilibre des forces…

Le gros souci de Divergente 1 était que son scénario tenait tout comme ses enjeux sur un ticket de métro. Le fait de les tirer en longueur sous prétexte de développement de personnages au final aussi anecdotiques que la colonne vertébrale du récit rendait la chose quelque peu désuète. Oui divergente 1 était propret, mignon, mais manquait d’ambitions ou bien pour être plus précis donnait l’impression qu’un poste cruciale, celui de scénariste avait été mis de côté. Est-ce que Divergente 2 rectifie le tir ? La réponse est non. Une autre saga Young Adult se rapproche d’une certaine façon de Divergente, il s’agit de The Maze Runner. Les deux sagas ont en commun ce même cœur, celui de vouloir emmener le spectateur au-delà des murs de la prison où se trouvent les héros. Le hic est que Divergente y réussit péniblement en deux films alors que The Maze Runner le fait en un seul. Le tout au passage en ayant des personnages plus mémorables, une action plus maitrisée et surtout des enjeux plus intéressants sur le long terme.

divergente2-tris

C’est d’ailleurs bien dans cette question d’enjeux et dans le fait que Divergente soit juste une trilogie que réside son principal souci de structure. À force de trop trainer sur la « délivrance » de l’enjeu majeur et du reveal de la saga, Divergente se tire une balle dans le pied. Le changement majeur arrivant à la fin du 2e film aurait du arriver à la fin du 1er. Ce pour ne pas créer un énorme déséquilibre. Certes, je ne doute pas que les producteurs diviseront ce dernier volet en deux films, mais est-ce que cela corrigera les problèmes qui plombent le film ? Comme ces personnages que l’on pense importants pendant 2 films et qui en fait ne le sont pas et n’ont que très peu de développement ou de temps d’écrans. Est-ce que cela n’a pas tué dans l’œuf l’arrivée d’une nouvelle menace venant de l’intérieur qui de par son apparition soudaine risque de souffrir des mêmes problèmes de développement que d’autres personnages avant elle ? Oui, Divergente 2 est plus spectaculaire surtout dans son final, mais cela ne cache pas forcément les autres lacunes du film. Divergente 2 fait beaucoup de redites, ou pire stagne en terme d’ambitions. Tout comme dans le premier film des choses au demeurant simples et qui auraient pu être mixer les unes avec les autres se retrouve à trainer en longueur, et ce, sans que l’on ne puisse rien y faire. Les personnages principaux et secondaires sont les premiers à en payer le prix.

divergente-2-tris-bande-annonce-francesoir_2

Prisonnier des règles du PG13, Divergente 2 est aseptisée jusqu’à l’extrême, le sexe se clôture sur un fondu au noir dès que l’on risque de franchir la limite. Les personnages tombant dans des fusillades ne saignent jamais, ceux s’écrasant sur le sol après dix mètres de chutes non plus. Tout est calibré pour ne jamais dépasser la limite et de par ce fait se refuse le droit d’êre différent. Je ne dis pas que la violence est la solution. Plein de grands films en PG13 ont su marquer les esprits sans faire couler le sang, mais Divergente 2 n’est pas de ceux-là. C’est un produit qui marche dans la longue ligne de ceux que l’on connaît déjà. Ni horrible, ni mémorable. Juste terriblement, commun au final. Et c’est d’autant plus rageant quand on y réfléchit. L’histoire n’étant pas plus mauvaise qu’une autre, il suffisait au final d’être juste plus synthétique et de couper parfois dans le gras quant à l’utilisation des personnages. Le roman et le cinéma sont deux mondes différents. Adapter c’est parfois trahir. Divergente 2 tout comme le premier film peine à prendre possession de ses moyens ou juste de toucher du doigt son ambition. Ce qui donne naissance à la fin du film à une frustration tout cela pour juste ça ? Sentiment de perte de temps qui ne fait qu’être encore plus mise en valeur par le twist de fin assez radical qui tombe à l’eau faute de mise en place et sachant qu’il ne reste qu’un film pour le développer. Du coup Divergente 2 apparaît comme un nouveau volet de lA saga qui a coup sûr rapportera beaucoup de dollars, mais qui en terme d’expériences ou juste d’ambitions narratives est un pétard mouillé se faisant littéralement allumer par Maze Runner qui aura réussi à littéralement le laisser sur place dès le démarrage et a tous les niveaux.

No Comments

Leave a Reply