Critiques de films

[Critique] Delivery Man- Vince Vaughn- Critique du film

Starbuck aura été le film engendrant le plus de remakes inutiles de l’histoire du cinéma sur les dernières années. Après la version française avec Jose Garcia, voici la version US avec Vince Vaughn. Là où la version française souffrait d’une réalisation académique et d’être un simple copier-coller, la version US ne fait guère mieux à de rares exceptions près. La plus flagrante étant que le fait de découvrir des acteurs connus dans les rôles principaux, le tout mise en scène de façon un poil plus classieuse fait à minima passer la pilule. Mais au final, cela n’enlève pas le triste constat que le film est toujours le même. L’adaptation est typiquement une photocopie. Certains des enfants se voient offrirent quelques variations d’une version à l’autre, mais pas de façon assez flagrante pour que l’on en soit sur le cul. Delivery Man tout comme Fonzy est fondamentalement un film qui ne sert à rien. Symbole d’une industrie qui préfère refaire le film au lieu de sortir l’original. Le risque est incompréhensible pour le commun des mortels et bien souvent n’aboutit qu’à une plantade artistique.

delivery-man-vince-vaughn

Cobbie Smulders, Chris Pratt ou Vince Vaughn sont charmants dans les rôles dont ils héritent, mais jamais à un seul moment la surprise ne nous prend en les regardant. Chaque page du script de Delivery Man est une photocopie de celui d’origine, les gags, l’ordre de la narration. Rien n’a changé. Lors d’un remake dans un autre pays, la moindre des choses serait d’adapter la bête, couper dans le gras et tout en gardant le cœur créer une nouvelle chose. Ce n’est pas le cas ici. La production française et Us était-elle prise à la gorge par un contrat d’acier ? Je ne sais pas, mais au-delà de l’affaire de gros sous pour le scénariste/réalisateur de l’original, Delivery Man n’a aucun sens. Tout comme en son temps l’avait été le remake de Psychose. L’original est là et supérieur. À quoi bon refaire exactement la même chose, alors que l’on sait que l’effet de surprise ne sera plus là ? Personne ne semblait avoir la réponse et je pense que personne ne la trouvera d’ailleurs jamais.

La comédie américaine tout comme celle dans d’autres pays cherche des méthodes plus ou moins novatrices pour se remettre en cause. Mais Delivery Man loin d’être le signe d’un quelconque succès marque de façon assez violente d’ailleurs, les défauts plombant Hollywood de nos jours. Mis en comparaison avec le Fonzy de Jose Garcia, ce film n’arrive une fois de plus pas à la hauteur de son modèle et montre qu’une nouvelle fois, beaucoup de producteurs pensent le public trop bête pour être capable de digérer l’original. Mais en le retranscrivant dans notre pays ou bien chez l’oncle Sam, les producteurs gomment la différence qui faisait toute sa splendeur. En résulte un produit comme les autres dont l’intérêt est tout simplement anecdotique. Dommage.

No Comments

Leave a Reply