Critiques de films Films américains

[Critique] Catacombes- John Erick Dowdle- Critique du film

Catacombes de John Erick Dowdle: Un réseau de sous terrains complexe et inextricable émaille sur des kilomètres le sous-sol de Paris: Les catacombes, la dernière demeure d’innombrables âmes. Lorsqu’une équipe d’explorateurs s’aventure au cœur d’une partie inconnue de ce labyrinthe d’ossements, ils percent avec effroi le secret de la véritable vocation de cette cité des morts. CATACOMBES est un voyage au cœur de la folie et de la terreur, qui extirpe des tréfonds de l’âme humaine nos démons les plus intimes, afin qu’ils reviennent nous hanter tous.

Catacombes fait partie de ces films qui sont passer entre les mailles du filet pour de mauvaises raisons, manque de pubs de la part du distributeur, fausse image liée au style found footage. Tout cela pour au final arriver à une réalité toute bête, celle indiquant qu’en fait, le film est vraiment beaucoup moins mauvais que l’on ne pouvait le penser. D’ailleurs ce n’est pas en soit un found footage, mais plus un reportage en live, utilisant les techniques de mise en scène moderne, caméra épaule, gopro…le processus narratif dans lequel ces dernières s’englobent est au final un poil mieux pensé qu’un simple et basique found footage ou l’on retrouve les images après coup. John Erick Dowdle avec Catacombes réussit un petit pari tout bête que beaucoup avait foiré avant lui. Celui de faire un film d’horreur en plein Paris, avec des Français ( en partie) et de ne pas trop se prendre les pieds dans le tapis. Oui Catacombes n’est pas forcément le film le plus original de la terre, cela ne l’empêche pas de jouer assez habilement d’un lieu assez mythologique pour n’importe qui habitant à Paris, les Catacombes. Chose logique d’ailleurs que ce lieu finisse par représenter la porte d’entrée…de l’enfer sur Terre.

 catacombes-John-Erick-Dowdle01

John Erick Dowdle ne cherche pas forcément à tout expliquer dans Catacombes. Un film d’horreur logique, aurait présenté un méchant, un motif, et aurait fait en sorte que les morts s’entassent à intervalles réguliers. Catacombes fait ici en sorte de jouer une mélodie différente. La phrase type dit que l’enfer c’est les autres, mais cela peut être au final assez souvent nous même, c’est ce que l’on a tendance à oublier et que John Erick Dowdle prend un malin plaisir à mettre en place lors de la descente de ses héros dans les entrailles de Paris. Loin des standards du genre moderne, l’action graphique est assez longue à démarrer, les morts n’intervenant que tardivement, mais c’est un temps que John Erick Dowdle met à profit pour créer une tension palpable. Le lieu des catacombes se prêtant à tous les mythes et légendes, Catacombes ne se prive pas de les exploiter provoquant au passage pour des spectateurs claustrophobes de très beau moment de terreur. La sensation d’enfermement et la panique émanent de ce confinement est assez bien rendu. John Erick Dowdle L’utilise d’ailleurs pour amener lentement, mais surement le doute dans l’esprit de ces héros. L’enfer est sous leurs pieds ou bien sont-ils juste en passe de perdre la tête. Film d’horreur aussi bien graphique que psychologique, Catacombes s’amuse à brouiller les genres et réussit assez facilement à emmener le spectateur vers un ailleurs pas forcément idyllique.

Car c’est bel et bien dans son dernier acte quand tout part littéralement en sucettes que Catacombes prend toute sa force. John Erick Dowdle fort de son travail de préparation s’amuse alors a balancé les héros face une certaine forme plus ou moins imagée de leurs névroses ou démons. Des confrontations pas forcément idylliques. Loin de céder aux clichés en vogue à Hollywood quand on parle de Paris, Catacombes les évite avec un brio assez étonnant. L’univers est crédible et dépeint avec une intelligence de narration qui ne fait que renforcer le propos. John Erick Dowdle du coup réussit à faire un film que l’on n’attendait pas vraiment. Catacombes possède mine de rien plus de style que ne laissait présager la bande-annonce. Dans la jungle des films d’horreurs sortant chaque année, Catacombes remplit avec honneur et dévotions au genre son obligation de mettre mal à l’aise par moments. Une agréable surprise à vivre sur les écrans.

No Comments

Leave a Reply