Critiques de films Films américains

[Critique] Black Storm-Steven Quale- Critique du film

En une journée, la petite ville de Silverton est dévastée par une multitude de tornades sans précédent. Les habitants sont désormais à la merci de ces cyclones ravageurs et meurtriers, alors même que les météorologues annoncent que le pire est à venir…Tandis que la plupart des gens cherchent un abri, d’autres se risquent à se rapprocher de l’œil du cyclone pour tenter d’immortaliser en photos cet événement exceptionnel.

Vous vous souvenez de ces téléfilms catastrophes que l’on regardait étant petits à la TV. Ces trucs bizarres ou les effets spéciaux cheaps, parfois bons et les scénarios crétins s’affrontaient en duels sanglants avec le niveau de jeu d’acteurs en roue libre. Le tout sous le regard d’un scénariste qui n’en a rien à faire? Et bien Black Storm, c’est tout cela, mais au cinéma. Est-ce qu’il y a quelques bonnes choses dans le film? Pour un budget léger, certaines séquences de destructions ( money shots) sont assez bonnes, il faut le reconnaître. Le hic est dans tout le reste. L’ambition du film est inexistante, la construction narrative faiblarde et l’empathie du spectateur pour les personnages du coup a du mal a décoller du sol. Même avec une tempête au cul. C’est un énorme téléfilm et rien de plus, le genre dans lequel on retrouve tous les clichés possibles et situations idiotes qui rendent le visionnage aussi pénibles que drôle par accident.

INTO THE STORM

Black Storm se construit sur une idée de réalisation bâtarde, à mi-chemin entre la fiction et le documentaire, le film peine à trouver un équilibre. Cela a pour effet d’impacter le coeur même du récit à savoir le développement des personnages. Tout n’est que cliché dans Black Storm, la relation entre le père et ses fils, les chasseurs de tempêtes, l’histoire d’amour entre les ados.Les rednecks. Rien ne décolle vraiment et tout se laisse porter à l’état embryonnaire. Du coup on attend les tempêtes en espérant que cela parte enfin vers d’autres cieux. Mais autant être honnête là aussi, 90% des money shots du film sont dans la bande-annonce, le reste est un long et pénible remplissage à l’exception d’une mort un peu digne d’un Destination finale. Seul moment où le film décide un peu de faire plaisir aux spectateurs. Car dans l’ensemble, c’est ce qui est le plus frustrant dans Black Storm, on n’est jamais véritablement satisfait. L’idée de l’angle semi-documentaire aurait pu être bonne, malheureusement la réalisation ne suit pas. Le film est mou et jamais à un seul moment, il n’offre aux spectateurs la nervosité que l’on pouvait espérer trouver.

L’ouragan est-il un long fleuve tranquille? On peut finir par le croire. Au milieu de la tempête, les acteurs de Black Storm font ce qu’ils peuvent, mais personne ne livrent de performances mémorables. La faute surtout au script qui ne développe jamais rien et se contente de survoler plus que de développer. Vous allez me dire, “est-ce que tu t’attendais à autre chose?”, naïvement dans le fond peut-être un peu. Mais il faut bien le reconnaître en bout de course, la référence dans le domaine du film de tornade reste encore et toujours “Twister”, Black Storm ne lui arrive jamais à la cheville, par manque de souffle. C’est assez comique dans le fond.

No Comments

Leave a Reply