Critiques de films Films Européens

[Critique] Big Game – Jalmari Helander- Critique du film

Big-Game-Jalmari-Helander

Big Game de Jalmari Helander est typiquement le genre de film sur lequel beaucoup misait en découvrant la bande-annonce. La présence de Samuel L Jackson dans le rôle du président des États-Unis laissait à penser que l’on allait avoir droit à quelque chose de terriblement fun…La vérité est tout autre. Big Game de Jalmari Helander est le même type de pétard mouillé que fut Père Noel origines du même réalisateur. Là encore, Jalmari Helander hérite d’un très bon concept dont au final, il ne sait juste pas du tout quoi faire. Big Game de Jalmari Helander possède un énorme problème, son script ! Faiblard au-delà de toute attente, la durée d’à peine 90 minutes du film ne fait rien pour aider, mais c’est surtout le rythme qui enterre sur place le projet. En effet, le film met facilement 50 minutes à démarrer. J’entends par là que l’action promise dans le trailer ( et qui d’ailleurs montre toutes les uniques scènes d’actions…) se déroule en mode express dans le dernier tiers du film. Big Game de Jalmari Helander est en fait un gros téléfilm empruntant à droite et à gauche pour faire illusion et possédant quelques beaux moments, à défaut d’originalité. Mais l’absence de script solide est un problème qui très vite devient littéralement insurmontable et l’on abandonne toute empathie pour les personnages ou volonté de s’immerger dans l’histoire.

Big-Game-Jalmari-Helander-hero

Le plus bel exemple tient dans la façon dont Big Game de Jalmari Helander traite les méchants du film. Le twist dans le twist dont le réalisateur n’a que faire d’y ajouter une résolution intéressante tient du foutage de gueule absolu. Mais c’est un détail en comparaison de la façon dont les personnages finissent par exister dans l’histoire. Le gamin chasseur est mauvais, l’écriture de son rôle catastrophique et chacune de ses apparitions donne envie qu’un terroriste le chope en plein vol. Big Game de Jalmari Helander essaye vaguement de crédibiliser la relation entre le président et le gamin…mais là encore, le script explose en plein vol pendant l’essai. Samuel L Jackson fait du Samuel L Jackson, pilotage automatique, cabotinage, punchline avant de tuer…on connaît la partition par cœur et le réalisateur aussi. C’est justement le souci majeur de Big Game de Jalmari Helander, il ne cherche jamais à étonner. D’ailleurs pour être honnête, on finit par se demander si le réalisateur n’a pas lui-même abandonné l’envie de porter à bon port son film et ce dès la fin du premier tiers. Que ce soit sur l’axe de la traque sur le terrain, des motivations du méchant et de son acolyte, de l’autre facette de l’histoire en haut lieu tout est embryonnaire. Certains films de genre ont pourtant parfois eu assez de fond et de forme pour passer au-dessus de la problématique des 90 minutes de durée, mais Big Game de Jalmari Helander lui s’écrase dès la première marche.

Big-Game-Jalmari-Helander-hero02

Y-a-t-il quelque chose à sauver dans le film de Jalmari Helander ? J’ai envie de dire pas énormément. Quelques passages réminiscent du cinéma d’action des années 80 peut-être. Mais là encore, ces fameux passages laissent un goût bizarre, flirtant plus avec le pompage que l’hommage…le final et sa parenté avec une séquence de 58 minutes pour vivre. Big Game de Jalmari Helander est un produit au final assez inodore. Cherchant à exister en tapant à la porte de plusieurs types de publics, il ne réussit jamais vraiment à séduire. Tout ce que l’on y voit n’est qu’une copie de dizaines de films du même genre, le tout sans jamais rien n’y ajouter de suffisamment intéressant pour que l’on se dise « Whoooaaa » Pire encore et comme beaucoup d’autres films avant lui, Big Game de Jalmari Helander voit absolument tous les « grands » moments du film être présent dans le trailer. Une fois que vous avez vu le trailer…vous avez donc vu le film. Le constat est implacable et ruine complètement la découverte de ces presque 90 minutes qui n’en deviennent alors que terriblement longues et sans la moindre saveur. Une déception.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply