Critiques de films

[Critique] Battleship- Peter Berg -Critique du film

Océan Pacifique… Au large d’Hawaï, l’US Navy déploie toute sa puissance. Mais bientôt, une forme étrange et menaçante émerge à la surface de l’eau, suivie par des dizaines d’autres dotées d’une puissance de destruction inimaginable.Qui sont-ils ? Que faisaient-ils, cachés depuis si longtemps au fond de l’océan ? À bord de l’USS John Paul Jones, le jeune officier Hopper, l’Amiral Shane, le sous-officier Raikes vont découvrir que l’océan n’est pas toujours aussi pacifique qu’il y paraît. La bataille pour sauver notre planète débute en mer.

Dans l’histoire du cinéma américain, Michael Bay a réussi à se faire une place en or, le roi de l’explosion et sans aucun doute le plus grand RP de l’armée américaine. Il le fait d’ailleurs tellement bien que la chose au-delà d’être un gimmick dans ces films est devenu quasiment une parodie sournoise d’endoctrinement. Oui on peut se poser la question du pourquoi du comment de l’intérêt de valoriser autant l’armée dans ce qui est au final un simple Blockbuster. Peter Berg se pose la question d’une certaine façon et le résultat qu’il nous offre à ces errances intellectuelles se nomme BattleShip et sincèrement pris au premier ou au 7890e degré ce film frôle le magnifique. J’irai même jusqu’à dire le magique. En respectant les règles de base de l’univers de la bataille navale et en les transposant bizarrement bien dans le cadre du monde réel, Berg décide tout simplement de se faire plaisir, et ce, de la plus grande façon qui soit…en faisant tout simplement n’importe quoi. Mais même cela, il le fait bien le bougre.

Inutile d’y aller par 4 chemins, oui BattleShip est un gigantesque foutoir. Un magnifique bourbier d’idées partant dans tous les sens et de vannes rasant le sol le tout secoué par des salves d’explosions bibliques. Le pire dans tout cela est que l’ensemble se paye le luxe d’être drôle. Profondément idiot dans le fond et diablement drôle dans la forme par le simple et o combien amusant fait que les acteurs volontairement ou non attaquent des séquences d’une bêtise confondante avec un 1er degré digne du plus brillant des acteurs de théâtres. Mention spécial à Taylor Kitsch et son speech aux vétérans dans le dernier tiers du film sur fond de Thunderstruck. Battleship ne fait pas une seule seconde dans la finesse, mais en même temps personne ne lui demandait. Peter Berg du coup se paye le luxe de mettre en place un énorme festival pyrotechnique se moquant gentiment, mais sûrement de ce que deviennent les grosses productions, mais surtout et encore mieux de l’intrusion de l’image militaire dans le cinéma hollywoodien de divertissement. Ridiculisant les codes de valorisation mis en place par des Michael Bay et tant d’autres, Berg transforme son bataillon de sauveurs du monde en un déferlement de bras cassé qui se paye le luxe de briser les règles les unes après les autres. Mention spécial aussi à cette incroyable séquence de catch entre un alien et un ancien marine ayant perdu la foi depuis la perte de ses jambes…je n’en dis pas plus c’est magnifique…

Battleship c’est un peu comme un film très sale, une sorte de Gonzo du blockbuster. Le genre de viol cinématographique en règle de la logique, de l’intelligence et un peu aussi du cinéma…mais c’est au fond ce qui fait sa force. Car en réalisant ce film Berg, met en place quelque chose qui s’apparente bel et bien à la forme la plus basique et au final jouissive de l’entertainement. 48h après le visionnage du film, il n’en restera rien, mais comme n’importe quelle nourriture de fast-food ce film en possède les mêmes symptômes. On croque une fois dedans, la texture nous déplait, on remord une fois et l’on se dit que ce n’est pas si mal. On avale la 3e et là arrive le moment où l’on finit par accepter le côté différent de la chose. C’est le point de non-retour, car vous avez mis toutes vos appréhensions de côté et c’est alors que Thunderstruck arrive et à ce moment-là, je le redis encore une fois, ce film passe juste de foutrement con à bibliquement déviant. Et je ne parle pas de Liam Neeson qui cachetonne en mode Robert de Niro. Un OVNI complet ce film, mais parfois cela fait du bien !

No Comments

Leave a Reply