Critiques de films Films américains

[Critique] Area 51- Oren Peli- Critique du film

oren-peli-area-51-2

Area 51 d’Oren Peli est un film étrange. En effet de par son histoire chaotique ( le film est fini depuis 2009 et ne sort qu’aujourd’hui en 2015), il est difficile d’avoir un jugement qui soit en phase avec l’ère du temps. Area 51 se situe au début de la vague Blumhouse et autres, lorsque celle-ci forte de succès comme Paranormal Activity du même Oren Peli trustait le box-office. La logique voulait donc que le réalisateur continue et se diversifie. Ce fut chose faite avec ce Area 51 qui empile avec une énergie folle tout ce que le found footage avait et a encore de pire en terme de mise en images. Le genre est rarement bien mis à profit par les réalisateurs et souvent une excuse pour filmer a bas coût et surtout n’importe comment. Certains transcendent les limites techniques du genre pour livrer quelque chose de novateur puis il y a les autres. Les productions Blumhouse sur le fond ont toujours été des formules, sur la forme aussi. Mais avec le temps cette dernière a subi une forme d’amélioration salvatrice. Oui, mais cela ne fut pas avant 2013/2014…hors en 2009 date à laquelle Area 51 fut mise en boite par Oren Peli, tout cela n’était pas à l’ordre du jour. Area 51 est donc un bordel où les clichés côtoient dans une danse folle l’illogisme et le non-sens certain. Oui, Area 51 est terriblement mauvais. Aussi bien sur le fond que la forme.

Ne durant que 90 minutes, le film perd plus de la moitié en brassant du vent. La quête de ces quatre amis pour rentrer dans la fameuse Area 51 aurait pu être intéressante. Encore aurait-il fallu pour cela que le scénario l’accompagnant tienne la route. Mais pendant près de 50 minutes, Oren Peli se perd en conjectures essayant de donner naissance a un mystère qui n’est pas là et qui surtout disparaîtra au profit d’un autre dès l’entrée dans la base. Qui est la mystérieuse fille poussant le héros à rentrer en douce dans la base, tout est survolé et pas vraiment approfondi. Du coup la trop longue première partie traine en longueur et perd le spectateur, pire lui donne l’impression qu’Oren Peli avec Area 51 meuble. Le tout pour cacher le simple fait que son script ne tient pas la route une seule seconde. Mais c’est encore pire dans le dernier tiers du film où la bande arrive dans la fameuse base et là c’est l’intégralité du film qui s’écroule sur elle-même pour ne plus jamais se relever. Il existe certains films où il est parfois intéressant de ne pas clôturer l’histoire. Mais ces derniers au contraire d’Area 51 bénéficient souvent d’un scénario solide en amont. Hors ici Area 51 conscient de sa forfaiture panique complètement, explose en vol et laisse des morceaux de matières grises sur l’intégralité de la dignité du spectateur.

oren-peli-area-51

Area 51 dans son dernier tiers laisse éclater au grand jour l’horrible maigreur de ce qu’a dû être son budget de production. La fameuse base 51 est l’endroit le plus cheap du monde, le plus illogique et surtout l’endroit où la sécurité est la plus faible du monde. Tellement basse d’ailleurs que les Aliens se baladent quasiment en liberté en fait. Oren Peli ne cherche même pas à expliquer clairement quoi que ce soit. Si vous êtes encore là dans le dernier tiers du film, c’est pour lui comme un aveu de masochisme de votre part et du coup, il vous offre avec délectation au dieu du cliché et du n’importe quoi. Le final n’a pas le moindre sens au niveau de la logique et a posteriori montre que par beaucoup de points, le cinéma d’horreur US sur beaucoup de ses tics n’a pas évoluer tant que cela. Encore une fois, l’erreur première du film est d’avoir négligé dès le début ses personnages. Inconsistant, inintéressant et complètement générique, il n’y avait rien à faire pour espérer les sauver. Area 51 est un film maudit à juste titre. Oren Peli est-il un grand réalisateur ? Non, Paranormal Activity le prouvait, Area 51 le confirme. Symptôme d’un genre qui était mort né dès son premier succès et pourtant bande encore des années après, le found footage d’Oren Peli se positionne comme le degré zéro du cinéma. C’est vide de sens et l’on comprend mieux pourquoi pendant près de 6 ans, le film a dormi dans une armoire. Une catastrophe sans la moindre once de logique…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply