Critiques de films Films américains

[Critique] Annie – Will Gluck- Critique du film

Annie n’avait pas forcément bonne presse avant même sa sortie. Il faut être honnête, cela coinçait même dès sa production. Surtout pour des raisons un peu en carton, mais dès l’arrivée de la première bande-annonce il a fallu se rendre à la difficile réalité des choses, les craintes se justifiaient. Annie avait l’air cheap et pire encore, les acteurs Jamie Foxx en tête donnaient l’impression de ne pas y croire une seule seconde. La découverte de Annie dans sa version définitive finit malheureusement de confirmer ces craintes. Le film est un énorme canard boiteux qui ne croit pas une seconde en l’histoire qu’il nous propose. Il manque de passion, de folie, de crédibilité et accessoirement d’un bon scénario. Annie est prévisible en diable et ne dépasse jamais le cadre du téléfilm basique que l’on regarde un dimanche de pluie à la tv.

Quvenzhané wallis tente avec plus ou moins de talents de porter le film sur ses épaules. Certains diront de le sauver et ils n’auront pas forcément tort en effet. Le hic est que le scénario lui complique terriblement la tâche. Annie souffre d’un problème d’identité. En tant que film, le réalisateur, producteur, scénariste et tout ceux s’agitant en coulisse hésitent sans cesse sur la nature de ce récit. Est-ce une comédie musicale ou une bluette style Disney Channel. La première demi-heure du film est une catastrophe où les numéros musicaux s’enchainent sans la moindre once de génie, c’est diablement mal foutu et Quvenzhané wallis peine terriblement à convaincre. On la regarde entamer les chorégraphies toutes plus cheap les unes que les autres et évoluer dans un univers mal mise en scène ( et je pèse mes mots) avec un pincement au coeur. Le bateau sombre déjà moins de 200 mètres après la sortie du port. Puis une fois ce premier acte catastrophique mis de côté, les équipes commencent à mettre des rustines sur les fuites.

Je ne dis pas que cela suffit à sauver l’ensemble, mais cela évite le remake du Titanic si l’on se pare d’un tant soit peu de clémence. J’emploie ce terme, car bien que mettant la pédale douce sur la musique pour plus se recentrer sur l’histoire, Annie n’en devient pas pour autant brillant d’un coup. Le film reste il faut bien le dire terriblement médiocre. Mélangeant romance et drama avec la finesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine Annie emporte tout sur son passage. Et c’est là que la chose devient triste, car le casting n’est pas mauvais. Même si visiblement conscients du naufrage, ils ne font pas d’efforts particuliers, ce n’est pas sur eux que je jette le blâme. Les vrais points catastrophiques d’Annie résident dans son manque d’ambition, son absence de scénario solide et sa mise en scène très mauvaise. Au-delà de ces 3 points particuliers, il est difficile de mettre en place un film pouvant avoir la chance de tenir debout sur la longueur.

Que reste-t-il d’Annie une fois la séance finie? Pas vraiment grand chose, il faut bien le reconnaître. La volonté de transposer cela dans un univers urbain était louable, le résultat est tout sauf convaincant et le cri du coeur émanant du public a été sans appel. Échec cuisant au box-office, le film risque bien de prendre le même chemin ici à moins que sa carrière ne bifurque directement dans la case VOD. Ce qui vu la qualité du produit final aurait été un choix de départ beaucoup plus logique. Un joli gâchis à voir sous un plaid un jour de pluie sous le coup d’un arrêt maladie….

No Comments

Leave a Reply