Critiques de films Films américains

Code of Honor, le jour où Steven Seagal toucha le fond…

code-of-honor-steven-seagal

Code of Honor, le nom du film sonne comme un mauvais DTV et vous savez quoi ? C’est tout à fait le cas. Oui, je sais, je suis un sadomasochiste cinéphilique assez profond, j’alterne grand film, moyen film et film de merde avec une persévérance qui même moi m’effraye par instants et dans le cas de ce DTV avec Steven Seagal autant le dire j’ai été servi. Ce n’est pas forcément que la carrière du monsieur n’ai jamais eu un quelconque intérêt. On est loin des vagues films intéressants… de la fin des années 90, maintenant le monsieur est revenu à son vrai cœur de métier, le DTV en roue libre et dans le domaine Code of Honor est à peu près le top du top du fond de sa carrière. Par où commencer… Steven Seagal y joue le role d’un militaire jouant les justiciers ou sorte de Punisher du pauvre. Le genre de ceux qui tirent et parlent ensuite. Enfin dans le cas de Steven Seagal, fidèle à sa légende, il économise sa parole et dans le cas de ce film cela confine au ridicule vu qu’il n’y dit… Quasiment rien. Ce qui est un peu à l’image du film d’ailleurs qui brasse gentiment du vide comme le pire DTV que l’on puisse imaginer. Vous vous souvenez de l’époque d’Hollywood Night, ces films d’actions bas de gamme et complètement en roue libre alternant cul et violence et punch line foireuse. Et bien sans se mentir Code Of Honor en est le descendant le plus massif.

Si vous aimez regarder avec des potes, ce genre de productions où bière à la main, on attend le cliché du jour, vous allez sauter au plafond de bonheur. Rien n’est nouveau ici et Code of Honor arrive sur le palier de votre maison avec le désagréable fumet du petit cadeau oublié par le chien du voisin. Alors pourquoi regarder la chose ? J’avoue, je ne sais pas… Le film n’a rien à offrir niveau scénario et mise en scène. Les séquences d’actions que l’on peut voir dans le film témoignent d’un manque d’ambition ahurissant et l’intégralité du casting conscient de la chose les traverse avec une désinvolture ahurissante. Le spectateur désireux d’y voir un divertissement sans risques va se heurter à un mur, Code of Honor est soporifique et n’offre juste rien. Mais vous allez me dire que je savais d’une certaine façon à quoi m’attendre avec ce genre de productions. J’ai fauté, j’ai vu l’enfer et la tête du portier m’accueillant avec le visage impassible de Steven Seagal. C’était effrayant…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply