Critiques de films Films américains

Table 19, brouillon attachant de comédie romantique…

Table 19 avec Anna Kendrick est l’une de ses comédies que l’on aura un mal fou à distinguer du reste des centaines d’autres clones qui arrivent dans la production mondiale. La comédie romantique douce-amère typique. Le tout avec un groupe de personnages distincts qui en bout de course se découvre bien plus de points communs qu’il ne le pensait. À vrai dire oui, si l’on regarde le scénario dans son ensemble, Table 19 avec Anna Kendrick n’a rien d’original. C’est du déjà-vu 100 fois et bien souvent le tout avec un niveau bien plus fort. Et pire encore non content d’être ridiculeusement court a peine plus d’une heure 20 sans le générique, le film perd un temps fou sur des sorties de routes narratives qui n’étaient pas nécessaires. Mais soudain le miracle se produit et dans sa dernière demi-heure, le film devient enfin ce qu’il aurait dû être en recentrant son intrigue sur les vrais points forts du scénario. Et comme toujours dans le cas où l’on se retrouve avec un casting élargi, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Il y a des seconds rôles anecdotiques et d’autres qui touchent dans le fond une corde sensible, ce couple à la dérive ou cette vieille nounou désireuse de se souvenir des enfants qu’elle à vu et fait grandir sont des beaux personnages. Ils arrivent à illuminer la fin du scénario, mais ne rendent au final toute l’intro qu’encore plus exaspérante avec un poil de recul. Si l’histoire avait pris plus de temps avec eux et surtout l’arc d’Anna Kendrick, Table 19 avait la possibilité de s’élever au-dessus du lot. Pas de devenir inoubliable j’entends. Mais bien de proposer quelque chose de différent.


Il est de plus en plus difficile de surprendre dans ce domaine de nos jours. Tout a déjà été fait d’une certaine manière et Hollywood formate les scénarios jusqu’à l’extrême. Bridant la créativité ou l’envie de prendre des risques. Table 19 avec Anna Kendrick en est d’une certaine manière dans sa version actuelle un exemple certains. Il y a une sorte de structure multiple dans le film comme si deux êtres se battaient pendant près de 90 minutes désireux de raconter la même histoire… mais pas du tout de la même manière. Cela aboutit à ne plus vraiment permettre aux spectateurs de s’enlever de l’esprit l’accumulement de faux pas qui s’enchaînent dans le film. Anna Kendrick en reine de la comédie US donne de sa personne pour faire en sorte que l’on essaye d’y croire, mais au-delà de cette dernière ligne droite ultra efficace et presque touchante, Table 19 passe complètement à côté de son sujet et ce pour des raisons qui même si j’essaye d’y mettre du mien m’échappe totalement. Reste ce final qui déborde de simplicité et presque d’une certaine façon d’efficacité rendant ce court instant partagé avec ses personnages touchant. On ne peut pourtant s’empêcher d’être frustré par le fait qu’au final Table 19 ne reste que le brouillon du bon film qu’il aurait pu être. A voir pour la forme, mais pas pour le grand frisson.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply