Les news

Captain América, la face cachée du personnage par Marvel…

captain-america-hydra

La problématique profonde de Captain America est qu’il est à Marvel ce que Dawson est à la série pour ados. Une sorte de pilier bien propre, tellement lisse qu’on ne lui voit pas le moindre défaut et très vite la chose en devient pénible. Posons-nous un instant et reprenons le périple de Steve Rogers dans les films Marvel. Oui, Chris Evans est bon dans le rôle, mais bien souvent ce sont les gens à côté de lui qui brillent, le Winter Soldier, Black Panther… pour la simple et bonne raison que ce ne sont pas des personnages propres, ils n’hésitent pas à sortir du cadre et quand ils le font, la chose est surprenante et alors que l’on pensait qu’il n’y avait plus d’espoirs pour le capitaine, voici que Marvel dans le petit monde des Comics décident de rebooter le personnage en faisant le twist le plus improbable de l’année. Chose qui à première vue semble totalement sacrilège, mais qui après la découverte des rouages menant vers ce dernier s’avère être une excellente idée. Oui, alors si vous n’avez pas encore lu les spoils sur le net, il va falloir fuir car je vais le redire une fois de plus… Oui, le grand twist de ce reboot est que depuis le début… Steve Rogers est un membre d’Hydra. Une fois que l’on encaisse le choc et la répercussion que l’on a sur l’image du personnage que l’on nous a vendu depuis des lustres, il faut reconnaître que c’est peut-être la meilleure idée que Marvel a eu depuis bien longtemps. Car ce 1er numéro ne fait pas de Steve Rogers un irrémédiable salaud, bien au contraire, il montre un personnage tout en nuances et nous explique le pourquoi du comment de son passage vers le côté obscur. Et l’on en vient à se dire que c’est cette voie que la division cinéma aurait du exploiter avec le personnage et ce depuis le début. Alternant les flash-back et l’histoire au présent, ce reboot ramène aussi justement sur le devant de la scène Red Skull et la nouvelle version d’Hydra.

captain-america-agent-hydra

Là où Agents of Shield montrait un Hydra renaissant de ses cendres en quelque chose de plus violent, ce reboot passe le cap supérieur avec des sbires plus proches dans l’esprit de ce que l’on entend aux infos concernant les cellules terroristes récentes. Fini l’Hydra presque asseptisé, on y voit des kamikazes, de l’endoctrinement a grande échelle. Cela change et amène à l’ensemble un je-ne-sais-quoi de plus réaliste. Bien plus en adéquation avec l’époque. Et c’est un peu sur cette problématique que repose tout le coeur de ce reboot. Recruté à une autre époque, le Captain America de nos jours doit faire face à la chute d’hydra et sa renaissance en quelque chose de totalement différent de ce qu’il a connu. Pas que cela fut meilleur à l’époque, mais en tant qu’enfant les enjeux n’étaient pas les mêmes. On découvre du coup un personnage tiraillé entre sa loyauté à Hydra et l’amitié qu’il éprouve pour les nouveaux amis qu’il s’est fait au Shield. Est-ce que cela l’empêche de tuer ces derniers ? Non et c’est via ce genre de petites choses que l’on voit l’immense océan de possibilités entourant le nouveau Captain America. Maintenant, on se prend à rêver un court instant que l’univers cinéma de Marvel, le fameux MCU viennent à utiliser ce twist (même si vu la tournure narrative de l’ensemble, cela paraît impossible), cela aurait pour effet de donner un nouveau souffle à l’univers Marvel sur grand écran. Mais l’on sait tous que cela n’arrivera jamais et que pour des raisons commerciales, le Captain America de Marvel restera propre sur lui. Ce qui du coup justifie de tenter l’aventure avec ce comics bien plus agréable que prévu montrant enfin une autre facette du personnage. Et surtout lui apportant enfin la profondeur dont il manquait jusque-là.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply