Critiques de films Les news

Beta Test, le plus mauvais film de l’année existe.bien…

Beta Test, c’est le film que tu regardes à cause de Manu Bennett ( Arrow) et qui au final te fait regretter d’être en vie…une épreuve psychologique.

Beta Test tombe directement dans cette catégorie des films que je regarde souvent et dont une fois la découverte finie, je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi ils existent. Comment définir à peu près clairement la chose ? Disons qu’il s’agit d’une parodie au niveau d’un film porno (pour le jeu d’acteurs et l’écriture) du film Gamer avec Gerard Butler par Neverdine et Taylor. Oui, à l’époque (et pour ceux qui s’en souviennent), Gamer ne volait déjà pas bien haut. Mais au moins le film avait pour lui, un budget, deux réalisateurs nerveux et le fait d’assumer complètement son côté totalement série B bas du front. Cela se laissait regarder et oublier sans le moindre mal. Beta Test avec Manu Bennett (Spartacus et Arrow) reprend vaguement des bases identiques et oublie assez vite en route la moindre notion de cohérence. Un créateur de jeu vidéo, décide de se débarrasser de son associé pour prendre le contrôle absolu de son œuvre… et pour cela il le bloque dans un jeu vidéo grâce à une puce implanté dans son coup et envoie à un gamer une copie du jeu où se trouve Manu Bennett. Le twist est que le gamer pense jouer à un jeu, mais en fait contrôle bel et bien un vrai humain dans la vie de tous les jours. L’illusion étant qu’il voit la vision de ce dernier via un graphisme datant d’un jeu digne des années 90… un GTA du pauvre. Voire même une copie russe dégueulasse. Et à partir de ce point, inutile de chercher ou d’attendre quoi que ce soit du film. Fini, on remballe, on va voir ailleurs et on oublie, strictement rien n’a le moindre sens. Ce qui laisse le spectateur en PLS sur le bord de la route.

beta test manu bennett

Voici un des méchants du film…et c’est encore pire dès qu’il parle…

J’avoue, j’en ai vu des mauvais films, mais du niveau de Beta Test c’est assez impressionnant. Pourtant dès le générique d’intro, quelque chose nous indique que cela part dans le mauvais sens. Jouant sur la case d’un complot sans rapport avec l’histoire, le réalisateur injecte un énorme paquet de l’attaque des tours du World Trade Center. Le tout en rafales, indigeste au possible et sans logique avec le reste de l’histoire. Un effet de style de mauvais goût assez inquiétant, mais ce n’est rien par rapport au reste du film. La meilleure description de Beta Test serait de dire que l’on regarde une parodie de film porno pensant être un film d’action… Mais sans les séquences de fesses. Vous voyez quand un acteur de film porno essaye de jouer vraiment… la plupart du temps c’est une catastrophe. Et bien Beta Test, c’est cela pendant 90 minutes. Un scénario écrit entre deux pauses-café… un massacre dans une école du plus mauvais goût sans vraie utilité sur la finalité de l’histoire, des meurtres qui n’inquiètent personne, un design global qui pue le film fauché. La liste des défauts de ce film est tellement grande qu’il faudrait y passer des journées entières pour tout définir. Mais le plus phénoménal est que Manu Bennett qui bien que pas incroyable dans Arrow arrivait à donner le change abandonne toutes intentions de bien faire ici. Un bœuf sous calment, voilà l’image se rapprochant le plus de son jeu d’acteur dans le film. Il passe d’un point à l’autre de l’aventure contrôlé par son sidekick, un gamer parachuté dans l’histoire sans que l’on comprenne vraiment les bases de son trauma. Un héros secondaire qui est aidé par une fille que l’on prend pour une intelligence artificielle, mais qui en fait est une employée de bureau dont l’histoire se contrefout d’un point à l’autre. Beta Test est censé donner des frissons sur les possibles dérives de la technologie, de nous faire réfléchir à notre addiction aux réseaux sociaux et j’en passe… et en bout de course, il ne se passe rien.

Beta test manu bennett

Qu’est ce que je fous dans ce merdier? On se demande aussi Manu…

Pourquoi ? Peut-être parce que tout le monde et ce à tous les niveaux de la création de ce qui n’est rien d’autre qu’un énorme accident industriel se demandent ce qu’il fout là. Et on ne peut que les comprendre dans le fond. Il n’y a rien à sauver dans Beta Test. A part peut-être si vous regardez la chose ivre mort et même là, je crains que cela ne soit pas assez. J’ai la sale habitude d’explorer les tréfonds de la production VOD, on m’a toujours dit que cela me perdrait. Et aujourd’hui pour la première fois, je commence à me demander si je ne viens pas de toucher le fond de la chose. J’ai vu des mauvais films qui avaient plus de sex-appeal que ce truc. À fuir. Sincèrement…

No Comments

Leave a Reply