Critiques de films Films américains

Bastille Day, le film maudit d’Idris Elba

bastille-day-idris-elba-header

Bastille Day est un film aussi médiocre dans le fond qu’étrange dans la forme. Une sorte de grand mix de toutes les peurs actuelles, tendance au grand complot et autres balivernes qui laissent dubitatifs sur la volonté du réalisateur pour exprimer un message clair et précis. En effet le film mélange tout, la France avec la montée de l’extrême droite, la théorie de la manipulation venant de l’intérieur et les guerres internes entre les différents services secrets nationaux. Il ne faut pas chercher véritablement de cohérence dans Bastille Day pour la simple et bonne raison qu’il n’y en a pas. Si l’on compare le film à Taken par exemple, le premier du nom hein… il est difficile de faire en sorte que l’écrin destiné à faire briller Idris Elba s’en tire avec les honneurs. Il est aussi badass qu’un Liam Neeson et fait ce que l’on attend de lui avec classe, mais la différence se joue sur la tonalité des deux films par exemple. Taken 1 avait ce côté « radical » ne cherchant pas à perdre de temps. Un père prêt à tout pour retrouver sa fille contre la mafia. Mais ici, Bastille Day se prend les pieds dans le tapis à vouloir avoir des ambitions bien plus grande que ce que ces quelque 90 minutes lui permettent. Souffrant encore et toujours des mêmes problèmes que lorsqu’un réalisateur américain filme Paris, la vision de la capitale et de la France tout simplement semble être tout droit sortie d’une carte postale ou d’un imaginaire assez perturbé.

bastille-day-idris-elba01

Bastille Day à la vue de la situation actuelle fait figure de film maudit. Sortant quelques jours avant les attentats de Nice et déprogrammé depuis, certains passages du film qui jusque-là n’était que risible dans le fond deviennent assez troubles et c’est là où l’on voit encore plus le vrai souci du film. Oubliant de n’être que ce qu’on lui demande, à savoir une série B badass, le film à jouer avec le feu en tentant de mélanger divertissement et point de vue géopolitique ou critique de l’embrasement interne d’un pays. Oui, sur certains points, le film n’a pas forcément tort (l’extrême droite, la montée de la contestation… et j’en passe) le seul défaut est que la façon dont tous ces points de vue sont mises en scène n’a au final pas le moindre sens ni début de cohérence. On reste dans un entre-deux assez malsain par instants, oscillant entre la franche rigolade quand Idris Elba passe en mode Liam Neeson et la perplexitude quand le film se perd dans les limbes de ses ambitions narratives. Et que dire de Jose Garcia, un peu à l’image du reste du casting, il semble avoir pris la décision de fermer les yeux sur la nullité crasse du scénario pour prendre son chèque et passer à autre chose. Le simple fait d’avoir Jose Garcia et Idris Elba en face-à-face rend la chose assez bizarre et fascinante. Je passe sous silence le reste du casting qui à l’image du film fait ce qu’il peut avec ce qu’on lui donne. En l’occurrence pas grand-chose malheureusement.

bastille-day-idris-elba02

On critique beaucoup et souvent à raison les productions Europa Corp d’action, mais ce que l’on ne peut pas forcément leur enlever est que ces dernières n’oublient jamais ce qu’elles sont. Des séries B faites pour divertir. À force de vouloir chasser plusieurs lièvres à la fois, Bastille Day devient une sorte de bouilli assez indigeste. Fascinante quand Idris Elba passe en mode action (le charisme du type opérant quoi qu’il arrive), mais fondamentalement inintéressante quand le reste de l’histoire tente de nous faire croire à une analyse sociétale d’une France au bord du chaos. Cela tombe très mal niveau timing. Dans le fond, le film aurait pu être bon, il aurait juste fallu un vrai scénariste pour appuyer la démesure des ambitions que voulait afficher Bastille Day. Au final, on est plus devant une sorte de pétard mouillé qu’autre chose. Heureusement, la sortie de la Tour Sombre fera vite oublier ce faux pas dans la carrière d’Idris Elba. Next…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply