Critiques de films Films américains

Barely Lethal-Hailee Steinfeld- Critique du film

barely-lethal-samuel-l-jackson

Lorsque j’ai découvert le trailer de barely lethal, ce n’est pas forcément la profondeur du film qui m’a frappé de plein fouet, mais à défaut, je me suis dit que l’ensemble pouvait être sympathique. Une sorte de 21 Jump Street des Agents Secrets a la sauce Mean Girls. Il y avait donc un peu de potentiel pour faire quelque chose de sympathique. Mais malheureusement et de façon aussi rapide qu’irrémédiable, barely Lethal passe complètement à côté de son potentiel et accouche d’une souris. Le genre de celle qui se laisse voir, mais qui dans le fond n’ont malheureusement pas le moindre intérêt.

Et pourtant en mettant sur le devant de la scène Hailee Steinfeld, Samuel L. Jackson et Jessica Alba, il y avait a minima de quoi faire quelque chose de bien. Mais pour cela il aurait fallu que le scénario ne se prenne pas les pieds dans le tapis. Quand 21 Jump Street s’amuse à retourner intelligemment les clichés d’un film se passant sur un campus, barely Lethal est très premier degré dans sa façon d’enchainer les clichés les uns à la suite des autres. L’ensemble est censer être drôle, mais très vite la chose devient lourd et pénible. Le petit côté Mean Girls ou la moralité basique que l’on attend de ce genre de films se déroulant avec des ados ne fait pas mouche plus. Tout comme les romcom ou les films d’horreur, le problème des films « d’écoles » dans le cinéma hollywoodien est qu’ils sont souvent des carbones copies les uns des autres. On finit par se lasser et ici rien n’est fait pour redonner un nouveau souffle au film de genre. De plus si l’on prend Barely lethal comme le pendant féminin de Kingsman, il est encore plus douloureux pour le film de passer après celui de Matthew Vaughn, que ce soit en termes d’écriture, d’action, de tout en fait… Barely lethal a bien du mal à exister sur la longueur.

barely-lethal-stills-jessica-alba

Le film est en quelque sorte paresseux dans son exécution. Jamais, il ne sait clairement sur quel pied danser face à l’immensité des choix se dressant devant lui: comédie, film d’action, satire des années lycée? Tout y est, mais tombe bien souvent à plat, les acteurs ne sont pas forcément en faute. Le rai coupable de l’histoire reste le scénario suivi de près par la réalisation qui au final est assez générique. Elle ne sort jamais du lot se mettant ainsi au diapason avec le reste du film. Il existe des tonnes de films surfant sur la même vague et qui d’une manière ou d’une autre ont eu le feu sacré pour innover. Barely Lethal rentre dans la case du téléfilm un peu luxueux…sur la forme, mais toujours aussi basique qu’un film du câble sur le fond. Le seul point plutôt positif reste avec le casting. Quelques passages du film fonctionnent malgré tout un peu, que ce soit dans l’opposition d’Hailee Steinfeld avec Sophie Turner, le quota habituel de cachetonnage de Samuel L. Jackson ou Jessica Alba qui fait un peu n’importe quoi mais en devient du coup très sympathique. Ce n’est pas comme dans Sin City en gros….

Mais est-ce que ces quelques « bons » moments sauvent l’ensemble? La réponse est non. Barely lethal aurait pu se nommer Barely interesting ou Totaly Boring que personne n’aurait vu la différence. Sans la sortie en salles il y a peu de Kingsman et une lobotomie d’une grande partie de la population des cinéphiles, le film aurait eu une chance d’avoir du succès. Malheureusement pour lui, les astres n’étaient pas de son côté et le démon de la VOD lui a ouvert les bras. Ce qui dans 90% des cas n’est pas bon signe. Un peu comme l’apparition de Samuel L. Jackson dans un film ces derniers temps. Barely Lethal est un produit standardisé et bancal de plus dans l’étalage sans fin des productions sans saveur d’Hollywood. Pas indispensable….

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply