Critiques de films Films français Les news

Ami-Ami, un vrai coup de frais sur la comédie-romantique FR

[podcast_subscribe id="31141"]

Ami-Ami de Victor Saint Macary, c’est l’histoire d’un petit film qui te prend par surprises et te fait un bien fou. Comme quoi les miracles existent.

Ami-Ami avait un défi de taille à relever, celui d’apporter quelque chose de neuf dans la comédie romantique. Vous savez ce petit domaine un peu maudit où beaucoup se cassent les dents et accouchent de productions pour le moins basique. Le genre est aussi codifié que celui des slashers et autres films d’horreurs. Les attentes du public sont longues comme le dossier d’un taulard et du coup on se met à slalomer dans le cahier des charges en espérant trouver un spot pour caser de la nouveauté. Est-ce que Ami-Ami réussit son coup sur ce domaine ? En grande partie oui, et surtout grâce à son casting et son histoire dont la fraicheur font mouche. William Lebghil, Margot Bancilhon, Camille Razat et Jonathan Cohen portent littéralement le film et donne à ce dernier une énergie, une folie et même beaucoup d’émotions. Ami-Ami de Victor Saint Macary navigue d’un point à l’autre du spectre narratif avec une aisance assez folle. De quoi parle Ami-Ami ? D’une histoire d’amour à deux équations… Quoi de mieux pour ne plus jamais souffrir en amour que de tourner le dos à la vie de couple et de s’installer en coloc’avec son meilleur ami ? C’est en tout cas ce qu’a décidé Vincent, ravagé par sa dernière rupture ! À un détail près : son meilleur ami est une meilleure amie, Néféli, jeune avocate déjantée. À peine installés, les deux potes se jurent de ne plus jamais tomber amoureux, de vivre d’amitié et d’histoires sans lendemain. Mais après quelques semaines de cohabitation complice et festive, Vincent rencontre Julie…

ami-ami Victor Saint Macary

Ami-Ami, c’est l’histoire d’une révélation : William Lebghil acteur qui après son apparition réussie dans le sens de la fête, se voit ici offert un 1er rôle à sa mesure. Il traverse ami-ami avec le charme, l’humour et la maladresse d’un Hugh Grant jeune. Et pourtant dieu sait que je n’étais pas forcément acquis à sa cause avant ses deux films. La beauté des ces deux réalisations et surtout du travail qu’il fournit dans Ami-Ami est de me faire réaliser dans le fond combien j’avais tort. Explorer le spectre des sentiments amoureux vus sous un prisme récent n’est pas évident. Le risque de tomber à pieds joints dans les travers de la comédie française classique est fort. Et pourtant Victor Saint Macary évite les chausse-trappes se dressant sur son passage pour au final délivrer quelque chose d’aussi classique dans une certaine forme de respect des codes et ultra-plaisant dans son approche plus fraîche et moins lisse. Ami-Ami est à l’image de notre époque, plus cynique, directe, plus cul (Jamais vu autant de gens à poil dans une comédie romantique, pas que cela me dérange d’ailleurs) et pourtantami-ami n’oublie jamais de toucher la corde sensible. Celle des sentiments classiques que l’on peut rencontrer à ce moment précis où l’on commence vraiment sa vie. Que l’on s’assume, que l’on se construit, loin de sa famille, les deux pieds dans sa nouvelle vie. Ce genre de périodes où l’on chasse à droite et à gauche jusqu’à tomber sur la bonne personne et que l’on se rende compte qu’il ou elle chamboule notre petit quotidien. Ami-Ami évite de tomber dans la multitude de pièges inhérents aux genres. Il se construit sa propre route tout comme sa propre identité.

ami-ami Victor Saint Macary

La seule vraie règle avec laquelle le film ne transige pas est de s’appliquer dans la mise en place et la création des personnages. Les comédies romantiques vivent ou trépassent via ce point précis, le meilleur ami et la meilleure amie sont aussi importants que les premiers rôles dans le film. Et la vraie force de Ami-Ami est de réussir à faire tenir tout ce petit monde dans le même univers sans qu’une guerre d’égo ne ternisse le paysage. Personne ne tire la couverture à soit, le travail d’équipe qui se met en place à comme bénéficiaire le spectateur. Lui offrant une comédie dans l’ère du temps et avec un casting plus frais. C’est tout cela Ami-Ami, une petite bouffée d’air frais dans un paysage cinématographique parfois bien trop formaté sur ce genre précis. On sous-estime le genre de la comédie romantique à tort, dans les bonnes mains, il est capable d’être autant un énorme divertissement qu’un bon baromètre de notre société et de l’époque. D’un pays à l’autre, les approches sur le genre sont différentes mais tout aussi passionnantes. Ami-Ami porte haut les couleurs d’un genre que j’adore et cela fait plaisir de voir que la jeune génération de réalisateurs trouve encore et toujours un moyen d’y apporter de la fraîcheur. Bien joué Monsieur Victor Saint Macary. Vivement le prochain film.

 

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.