Critiques de films Films américains

La 5e vague, la voie express pour la noyade cinématographique…

the-5th-wave-movie-grace-chloe-moretz2

Quatre vagues d’attaques, chacune plus mortelle que la précédente, ont décimé la presque totalité de la Terre. Terrifiée, se méfiant de tout, Cassie est en fuite et tente désespérément de sauver son jeune frère. Alors qu’elle se prépare à affronter la cinquième vague, aussi inévitable que fatale, elle va faire équipe avec un jeune homme qui pourrait bien représenter son dernier espoir – si toutefois elle peut lui faire confiance…

On m’avait dit le plus grand bien du livre « La 5e vague » et comme je suis d’un naturel optimiste, je me suis dit que cela pourrait peut-être le faire en découvrant du coup le film et en lisant le livre ensuite pour voir les différences. Oui dans un coin de ma tête, je dois bien reconnaître que cela avait le look d’une idée presque sexy. La vérité est tout autre. « La 5e vague » est une pierre de plus sur l’édifice des productions en roue libre dont Hollywood a le secret. Oui, vous allez me dire que cela n’a pas empêché des Twilight ou Divergent de cartonner et je vais reconnaître que vous avez raison. Mais, il existe parfois des moments où la magie vaudou n’opère plus et le film se dressant devant nous apparaît pour ce qu’il est. Dans le cas de « La 5e vague », je pense que cela se définit comme étant tout simplement un gigantesque bordel.

the-5th-wave-movie-grace-chloe-moretz1

« La 5e vague » a pour star Chloe Grace Moretz, loin d’être une mauvaise actrice on se dit que le fait de l’avoir en lead pourrait sortir le genre de la torpeur dans laquelle il s’enfonce. C’était sans compte sur le fait que le scénario est là pour bien vous remettre la tête sous l’eau. L’idée de base avec ces faux airs de survival a la Last of Us aurait pu et du marcher. Mais en pleine route quelque chose est parti en vrille. Une explosion en plein vol faisant que même si l’on fait d’énormes efforts pour remettre tout en place, le scénario qui se déroule devant nos yeux comporte trop de chocs illogiques pour que la raison du spectateur décide de continuer. Très vite on abandonne la course et regardons la fin de cette débacle depuis les gradins en attendant que cela se termine, mais dieu que c’est long. Le problème de « La 5e vague » est que bien souvent, il essaye d’être 1,000 choses à la fois sans réussir quoi que ce soit de concret dans chacun des domaines. Oui, on peut applaudir l’effort, mais cela a des allures de prof notant la copie d’un cancre et en écrivant, je mets « un » juste pour l’encre. Le scénario a plus de trous qu’un gruyère et personne ne saura jamais si cela est d’origine ou bien du au fait que le film a subi un important travail de sabordage en salle de montage. Mon esprit penche vers la seconde, bien que l’on ne soit pas vraiment à l’abri de la première non plus…

Et que serait « La 5e vague » si histoire de bien se fondre dans le moule des histoires Young Adult, on ne nous collait pas une romance au milieu des choses pour encore plus compliquer les choses. Les acteurs font alors ce qu’ils peuvent pour donner un sens à ce marasme, mais il est déjà trop tard. Ils en sont conscients, nous aussi mais pas les producteurs. Ce qui d’une certaine façon crée une situation de malaise assez tenace. On finit par ne plus vraiment savoir ce que l’on regarde tant la chose prend des formes de foirages expérimentales qu’il fallait sortir quoi qu’il arrive en croisant les doigts pour que cela fonctionne en salles. Ce n’est pas le cas et c’est assez logique. Tout comme I am Number 4 a son époque, cette adaptation semble être passée à côté de son matériau d’origine finissant par devenir ni plus ni moins qu’une version bis de l’histoire existante. Ou pour être plus raccord une sorte de brouillon assez indigeste. Chloe Grace Moretz est suffisamment talentueuse pour faire en sorte de rebondir après ce mauvais choix de carrière, mais il ne faudrait pas que cela se reproduise trop souvent. Du coup peut-on penser voir une adaptation de la suite de la saga au cinéma ? Rien n’est à négliger dans l’infinité des possibles Hollywoodien, mais le cas échéant, il va juste falloir prier pour que dans ce cas précis, on y ajoute juste un scénario… Cela serait déjà un énorme pas en avant. Mais là encore je n’y crois pas un instant. « La 5e vague a balayé toutes mes résistances…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply