Critiques de films Films américains Les news

22 Miles, le duo Whalberg/Berg s’éclate dans le domaine du bourrin.

[podcast_subscribe id="31141"]

22 Miles, c’est du bourrin sale et méchant fait avec amour par le duo Mark Whalberg/Peter Berg. C’est tout sauf subtil une seule seconde, mais c’est jouissif.

22 Miles de Peter Berg est-il un énorme et monstrueux plaisir coupable ? On ne va pas se mentir et dire que oui. Ces dernières années Peter Berg est devenue un des cinéastes américains les plus prolixes dans le domaine de l’entertainement carré. On aime ou pas l’homme au-delà du réalisateur, difficile de nier qu’une fois une caméra dans les mains, le bonhommes est très bon. Capable de surcroît de sauter d’un style à l’autre comédie, action ou drama sans trop de mal. Aujourd’hui avec 22 Miles, il décide d’aller dans le shoot-them up bourrin. Et grâce au trio Mark Wahlberg, Lauren Cohan, Iko Uwais, la mission est une franche réussite. Le pitch de départ est ultrabasique et pour être honnête ne prépare pas vraiment à la sauvagerie sans commune mesure qui va suivre. Un officier d’élite du renseignement américain tente d’exfiltrer un policier qui détient des informations compromettantes. Ils vont être traqués par une armée d’assassins tout au long des 22 miles les séparant de l’avion qui leur permettra de quitter le pays.


Comment est-ce que l’on peut aborder 22 Miles dans la filmographie de Peter Berg et Mark Whalberg ? Comme une récréation sauvage et pas si éloigné dans l’esprit de ce qu’était le premier The Raid. Une mise en place pour le moins schématique et dont les limites sont encore floues. Un milieu où la vie humaine à une valeur très relative et où ceux en charge de notre protection sont bien souvent encore plus dangereux et retors que les gens qu’ils chassent. Et c’est au milieu de cet océan de psychopathes que Mark Walberg s’amuse comme un fou à en faire des caisses. D’un côté où de l’autre de la caméra que ce soit lui ou Peter Berg semble vouloir relâcher la pression. On peut reprocher au film certains flottements dans la mise en scène des nombreux combats au corps à corps, bien inférieur à ceux de The Raid. Mais s’il y a une chose indéniable, c’est la générosité absolue de l’ensemble. Beaucoup tentent de faire de même dans le cinéma américain sans pourtant arriver à égaler l’alchimie que Peter Berg met dans ses films. Alors, oui, il faut être honnête, il existe bien des gens boxant dans la même catégorie, je ne le nie pas. Mais les vrais films d’action jusqu’au boutiste et pas atrocement formaté, cela commence à se faire rare.

Maintenant à la vue du final du film, on peut se demander si 22 Miles sera le début d’une saga ou un simple one shot furieux et bourrin au possible. La beauté de la chose est que d’une certaine manière, cela fonctionne dans un cas comme dans l’autre. Le film a mis ses couilles sur la table et offert aux spectateurs un film régressif et agressif. Un ride complet en dehors du balisage narratif trop attendu qu’Hollywood peut souvent offrir. Mais en même temps, difficile de nier que si une suite pointe le bout de son nez, il sera difficile de bouder son plaisir. L’alliance filmique que Mark Whalberg et Peter Berg ont créer est un des rares duos en activité à Hollywood dont chacunes des productions à le mérite de pousser ma curiosité dans ses retranchements.


Le seul vrai défaut majeur de 22 Miles, au-delà de la mise en scène de certains combats assez hasardeuses, est qu’il assume complètement son côté bête sale et méchant. Allant d’emblée à l’opposé de ce que le public à l’habitude de voir. Hollywood a cette sale habitude de formater les choses. 22 Miles est un ovni, une sorte de sortie de route bourrine et complètement bordélique. On ne sera pas forcément charmé par tous les aspects et d’une certaine manière en regard des autres films du duo, cela semblera mineur, mais jamais assez pour faire en sorte que l’on nie son plaisir. Reste à voir si une suite nous sera offert ou si comme je le crains, cela ne restera qu’un immense et très sympathique one-shot assez furieux. En attendant, si vous avez l’occasion de voir ce film, faites-vous plaisir, cela vaut largement le temps de cerveau disponible nécessaire à l’investissement dans ce ride bourrin.

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.