Les news TV

12 Monkeys, la meilleure série à l’antenne de SYFY?

12-monkeys-syfy

12 Monkeys, le trésor underground de SYFY

Quand la série 12 Monkeys a vu le jour, je pensais comme beaucoup qu’il allait être difficile voir impossible de passer après le film d’origine. C’était un pari casse gueule et vu la chaîne où allait passer le show, je pensais qu’en un rien de temps, l’histoire serait pliée. J’avais tort. Pour la simple et bonne raison que comme d’autres séries avant elle passant on ne sait pourquoi entre les gouttes, 12 Monkeys se révèle du haut de ses 2 saison bien plus habiles qu’on ne le pense. Là où d’autres n’auraient fait qu’étendre ou dupliquer bêtement la base narrative du film, les producteurs et scénaristes de la série ont su très vite s’éloigner de l’ombre d’origine. 12 Monkeys est respectueux de ses origines, mais n’hésite pas très vite à les trahir pour créer quelque chose de bien plus surprenant qu’on ne le pensait au début. Jouant avec une habileté confondante sur les notions de voyage dans le temps, la série construit une toile qui au fil des deux saisons n’a cesser de prendre encore et toujours plus d’ampleurs. La chose la plus amusante d’une certaine manière est qu’en faisant cela, elle ne s’est jamais perdu en route. Là aussi, nous sommes devant un point qui mérite d’être salué, celui montrant que depuis le début, l’équipe aux commandes de 12 Monkeys sait où elle va. La montée en puissance de la saison 2 et le twist de fin rebattant complètement les cartes de la série est là pour le prouver vu qu’il à été construit au final sur pas moins de deux saisons rendant son impact encore plus fort lors du final.

12 MONKEYS -- "Emergence" Episode 204 -- Pictured: (l-r) Aaron Stanford as James Cole, Kirk Acevedo as Jose Ramse -- (Photo by: Steve Wilkie/Syfy)

12 MONKEYS — (Photo by: Steve Wilkie/Syfy)

Mais le véritable succès de 12 Monkeys tient pour moi dans son écriture. Le budget du show semble correct, mais doit être bien plus léger que d’autres grosses productions. Ici l’importance n’est pas toujours sur les effets spéciaux, mais plus sur les personnages. Que l’on navigue d’un côté comme de l’autre, chez les les bons ou les méchants, l’attention au détail est forte voir même maniaque. Rien n’est vraiment laissé au hasard et l’ampleur que prend l’histoire au fil des épisodes laisse le spectateur assidu avec un véritable sourire sur le visage. Car au final le véritable ADN de cette série et c’est là aussi une de ses forces est de renouer avec les bases d’un serial d’antan. Une aventure sur la longueur se suivant d’épisodes en épisodes sans trop d’effets de manches foireux et de crises d’ego d’acteurs. 12 Monkeys est simple de prime abord et ne cherche pas à faire croire qu’elle est la plus grande série du monde (même si vu ses qualités, elle est clairement sous estimé). Non, nous sommes ici devant une création qui laisse primer l’efficacité et l’envie de faire plaisir et partager quelque chose de solide avec son public. L’intention est noble et le fait de voir 12 Monkeys réussir dans ce domaine depuis 2 saisons sans fautes est quand même assez rare dans le petit paysage de la télévision. La saison 3 reviendra sur SYFY l’année prochaine pour un run de 10 épisodes continuant l’incroyable twist de fin de saison. La tonalité de la série sera désormais complètement différente, mais là encore on ne peut qu’applaudir la volonté des producteurs de se mettre en danger et de rebattre complètement les cartes. Tant mieux et vivement la suite de 12 Monkeys.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply